Remise officielle du rapport 2012 du Bureau du Vérificateur Général

A la suite de la Cellule d’Appui aux Structures de Contrôle de l’Administration, le Bureau du Vérificateur Général a, lui aussi, remis au Président de la République son rapport annuel 2012. C’était dans l’après-midi de la même journée du mardi 26 novembre 2013 dans la salle des banquets du Palais de Koulouba.

ibrahim boubacar keita ibk président malien amadou ousmane toure verificateur general rapport corruption finance
Une hémorragie de près de 50 milliards de nos francs
Même jour, même lieu, même rituel, pour deux institutions à la finalité commune : la lutte contre la corruption et la délinquance économique et financière. Après Madame Haby Djénéba Tall présidente de la CASCA, qui a été à l’honneur dans la matinée, c’est au tour d’Amadou Ousmane Touré, Vérificateur Général de sacrifier, dans l’après-midi, à la tradition : remettre au premier Magistrat de la République le rapport annuel du Bureau qu’il dirige. Etant un des soubassements du bulletin d’information de la CASCA, le rapport du Bureau du Vérificateur Général (BVG) épingle donc ces mêmes entités déjà évoquées par le premier. Seulement, le second en donne plus de détails tant dans la forme, que dans le fond et dans la précision quant à la nature de la réparation judiciaire souhaitée. Certes, à l’occasion de cette cérémonie officielle de remise, seul le président de la République, « à tout seigneur, tout honneur », a eu droit à la primeur de son contenu. Mais déjà, en attendant d’être rendu public, Amadou Ousmane Touré en a donné les points saillants et exprimé les vœux quant à la suite à réserver à ses conclusions. Ainsi, selon lui, « à l’instar du rapport annuel de 2011, celui de l’année 2012 met en exergue des dysfonctionnements et des irrégularités qui compromettent sérieusement le fonctionnement des structures, services et organismes publics ». Certains chiffres dévoilés donnent le tournis : « Ces mauvaises pratiques, ces déficiences morales et éthiques, ces manques d’engagement et de loyauté ont causé à l’Etat une perte financière de 49,39 milliards de francs CFA, dont 7,57 milliards de francs CFA représentent la fraude et 41,82 milliards de francs CFA la mauvaise gestion ». D’autres faits mis à nu donnent la nausée à toute personne qui a encore un peu de dignité : « En guise d’illustration, sur les exercices budgétaires 2009, 2010 et 2011, l’Etat a acquis 1466 véhicules pour un coût de plus de 38 milliards de Francs CFA. Sur la même période, 1891 véhicules, âgés pour certains de moins de 5 ans, ont été admis à la réforme, pour un prix de cession proposé par la commission de réforme d’environ…643.230.805 FCFA ». Ou encore : « Pour illustration, dans une des Directions des Finances et du Matériel, nos travaux de vérification ont décelé des situations matériellement impossibles, comme le cas d’une fiche d’entretien qui indique, par exemple, que pour une seule et même réparation plus de 150 pièces ont été installées sur un seul véhicule, en une seule fois ».
Face à ce qu’il qualifie de gâchis incontestable et de désastre innommable, et qui prend racine dans une jungle quasi institutionnalisée, le BVG promet de publier « la question de la mise en œuvre de la responsabilité pénale des Ministres, la régularité procédurale et le mode opératoire des enquêtes de la Brigade Economique et
Financière, l’efficacité et l’efficience de l’architecture actuelle des Pôles Economiques et Financiers dans la lutte contre la corruption et la délinquance économique et financière, le rôle et la place de la Haute Cour de justice dans la lutte contre la corruption, etc. » Et ce, conformément aux dispositions de l’article 18 qui l’institue.
En réponse à la volonté manifestée du BVG de contribuer à un retour de la morale et de l’éthique financières dans les mœurs des serviteurs de l’Etat du Mali, le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta a eu le même propos qui peut être résumé en : désormais, la corruption c’est tolérance zéro ! Bien au fait de ce que commence à penser le citoyen lambda de ce propos, IBK a ajouté que ce n’est là ni simple rengaine, ni discours creux, ni parole en l’air ! A quand donc les actes concrets pour gagner la course contre la montre et contenir ainsi l’impatience du peuple ?
Mahamane G. Touré

SOURCE: 22 Septembre
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *