Plus de 4 102 000 000 FCFA évaporés entre 2017 et 2019 à l’ORTM : L’ancien DG, Sidiki N’fa Konaté sera-t-il devant le pôle économique malgré son affilation au clan presidential ?

Ayant  pour mission d’assurer l’édition des services de l’audiovisuel public avec une personnalité juridique et de l’autonomie financière, tout n’est pas comme neige à l’office de radio et de télévision du Mali. Sur une dépense de 32 656 697 547 FCFA entre 2016 et 2018, la récente mission de vérification financière de la gestion de ladite structure menée par le bureau du vérificateur général a révélé de graves  dysfonctionnements administratifs et financiers .

Une aventure judiciaire s’ouvre bientôt pour l’ancien Directeur général de l’ORTM, Sidiki N’fa Konaté. Sera-t-il englouti par l’affaire ? Le temps, l’unique sage nous en dira plus. En effet, alors qu’une mission précédente de vérification financière de l’ORTM par le BVG couvrant les exercices 2005, 2006 et 2007 a relevé entre autres les dysfonctionnements :- la faiblesse du contrôle interne ;- la non-tenue des documents comptables ;- le retard dans la production des états financiers ;- la minoration, voire l’absence de facturation des ventes publicitaires Radio et Télévision ;- le non-respect des dispositions des contrats de prestations et de sites ;- le non-recouvrement des impayés; les choses semblent se détériorer de plus en plus par la gestion chaotique de cette structure. Selon le rapport du bureau du BVG sur la gouvernance, les dépenses de fonctionnement, d’investissement ainsi que les recettes de l’organe mère, entre 2016 et 2018, dont la rédaction de votre quotidien, LE COMBAT possède une copie, l’éventuel candidat aux élections législatives prochaines se tiendra sous peu devant le pôle économique pour graves irrégularités administratives et financières sous son administration à l’ORTM. Outre la non-convocation régulière des sessions ordinaires, la non-actualisation  du manuel de procédures administratives, financières et comptables, le recrutement  des agents en l’absence d’un plan de recrutement, le Directeur général a autorisé l’utilisation irrégulière des véhicules, attribué  irrégulièrement  des marchés à des candidats n’ayant pas justifié leurs capacités financières. Et poursuit le bureau du BVG, il a procédé au paiement des travaux non exécutés, pour le compte de l’ORTM .

 Le dossier transféré au Pôle économique et financier 

La justice est déjà saisie contre le natif de Kolondièba pour :

– paiement des candidats n’ayant pas justifié leurs capacités financières pour 207 693 590 FCFA ;

– à l’écart entre l’offre irrégulièrement éliminée et celle du titulaire du marché pour un montant de 11 684 542 FCFA ;

– l’écart entre l’offre anormalement basse et l’offre du titulaire du marché pour un montant de 14 283 330 FCFA ;

–  non-versement au trésor public, les produits issus de la vente de DAO pour un montant de 11 430 000 FCFA ;

– paiement d’un candidat ayant présenté une autorisation du fabricant non conforme (Écart avec le moins-disant) pour un montant de 11 340 000 FCFA ;

– un marché irrégulièrement passé sans mise en concurrence pour un montant de 174 000 000 FCFA ;

– l’appel d’offres restreint déguisé en appel d’offres ouvert pour un montant de 184 498 650 FCFA 

;- paiement des travaux non exécutés par le DFM du Ministère chargé de la communication pour le compte de l’ORTM pour un montant de 120 520 500 FCFA ;

– dépenses partiellement justifiées pour un montant de 1 047 467 555 FCFA ;

– pénalités de retard 10 374 379 FCFA ;

–  et 2 309 095 927 FCF de factures impayées.

Pour ceux qui connaissent le lien entre l’indexé et le clan présidentiel, il reste maintenant à savoir si le dossier restera poussiéreux dans le tiroir judiciaire.

Seydou Konaté/ lecombat

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *