Lutte contre la corruption aux actes, M. le President

Depuis son investiture, le Président IBK ne fait que des déclarations d’intention en ce qui concerne la lutte contre la corruption pour laquelle les actes se font encore désirer, pendant que les prédateurs de l’économie continuent de saigner à blanc les caisses du Trésor public.

president republique chef etat ibrahim boubacar keita ibk parti rpm

Il s’est défaussé sur les magistrats lors de la rentrée solennelle des cours et tribunaux, les accusant presque d’avoir trainé les pieds dans le traitement des dossiers alors qu’il en aurait transmis plus de 200 restés sans suite. A Ségou où il est en visite, IBK revient sur ce sujet de la kleptomanie financière, en s’adressant aux populations. Il promet –comme il l’a toujours fait d’ailleurs- que rien ne sera plus comme avant et que personne ne s’enrichira plus sur le dos du Mali tant qu’il sera au pouvoir.

Cela rappelle un certain jour plein de solennité, lorsqu’il déclarait l’année 2004 celle de la lutte contre la corruption. Il eut dit, mais il ne l’eut pas fait car cette année est la plus sombre de l’histoire du Mali en matière de corruption et délinquance financière. C’est comme si IBK se trouvait hanté par ce thème qu’il ne cesse de développer à foison, non sans promettre une véritable opération mains propres qui tarde à voir le jour.

Pourtant, après cette sortie qui incrimine les magistrats, nos investigations nous permettent d’affirmer que contrairement à ce qu’il a laissé entendre, au Pôle économique il n’y a pas plus de 100 dossiers de 2010 à nos jours. D’ailleurs parlent même de moins d’une cinquantaine. Nous aimerions alors bien savoir comment il s’est retrouvé avec plus de 200 dossiers à envoyer en justice pour traitement.

Une chose est sure : le Président IBK sait surfer sur les vagues des préoccupations des populations pour les dompter par le verbe et se nourrir en contrepartie de vivats et de bains de foule. Mais à la longue, le disque est devenu complétement rayé.

Nous rappelions à la bande à Sanogo que sous leur heure de gloire, si une seule grenade était lancée dans le nord du Mali occupé par les assaillants terroristes sur leurs ordres, les populations allaient applaudir et croire en leurs promesses d’avoir fait un coup d’état pour libérer le pays du joug des envahisseurs. Mais que nenni ! Et la suite est connue.

Il est donc temps pour le Président IBK, élu avec le score que nous savons et qui fonde sa légitimité, d’agir. Oui, agir et donner un signal fort de son engagement à lutter contre la corruption et la kleptomanie financière.  Parce que grande est la confiance placée en lui lors de son élection et grande aussi sera – et ça commence déjà- la déception s’il ne parvient pas à placer ses actes à la hauteur des attentes.

En dehors de la justice, il a d’autres moyens de sanction des troubadours des finances publiques. Des sanctions administratives fermes ! Mais si, au contraire, les gens n’ont pas peur de saccager les biens publics, c’est parce qu’il y a de l’impunité. Et dans ce cas, des scandales de corruption, il y en aura à n’en pas dénombrer.

Mais le grand problème est de savoir comment les scandales connus ces dernières années ont-ils pu passer comme lettres à la poste, engageant des sommes colossales qui ne peuvent être payées sans qu’au sommet de l’Etat on n’en soit informé ?

Là, gît toute la complexité de la lutte contre la corruption surtout qu’à l’heure actuel, une personnalité très suivie mais controversée, se permet de faire un pied de nez à la dèche des populations qui tirent le diable par la queue, en se targuant d’avoir investi dans le foncier 9 milliards de nos francs en neuf mois. Il faut certes bénéficier de tous les passe-droits et avoir recours à des méthodes peu communes pour réussir une telle prouesse. Ou bénéficier certainement d’une situation privilégiée qui sert de parapluie protecteur.

Alors, vous avez intolérance par rapport à la corruption et à la kleptomanie financière ? Nous vous jugerons aux actes, Monsieur le Président !

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *