Détournements au sein de l’armée : Le bataillon GTIA 8 proteste

tiéman Hubert Coulibaly ministres defense Anciens combattant rencontre visite ceremonie Groupement tactique interarmes gtia alfarouk waraba elou balazan eutm

 

Les faits se sont déroulés, la semaine dernière au Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro. Sous prétexte qu’il s’agissait d’une formation, des Officiers avaient cru devoir priver les quelques six cent (600) éléments du Bataillon des fameuses primes ” Haya “. Du coup, ces derniers désertèrent les classes sous les regards médusés des instructeurs européens. Il aurait fallu une injonction du Ministre de la Défense et des Anciens combattants pour qu’ils puissent rentrer dans leurs droits. A raison de 50.000 F CFA par élément et par mois, cela ferait 30 millions. Finalement, nous-a-t-on rapporté, le mercredi 02 mars, solution a été trouvée. Serait-ce encore le temps de l’impunité ?

Faut-il rappeler que certains officiers supérieurs ont été récemment interpellés suite à la découverte d’un vaste réseau de détournement de diverses primes de l’Armée malienne. Beaucoup de nos confrères en ont fait leurs choux gras. Des noms ont été cités. Entre autres, il a été question du Colonel-Major Mary Diarra (Directeur des Finances et du Matériel du Ministère de la Défense), du Colonel Cheick Hamalla Traoré (Division Budget et Finances), du Colonel Satao (Mutuelle de l’Armée), etc. La presse a beaucoup insisté sur les primes générales d’alimentation (PGA), de gonflement des effectifs, des primes de risque. Il n’y a pas eu de démenti.

Dans ces mêmes colonnes, nous évoquions la dilapidation des fonds publics au niveau de la vaillante Armée. Dilapidation survenue à la suite du recensement des militaires. Là, ce sont des primes de logement qui se sont retrouvées dans les poches de personnes ne devant pas en bénéficier. Et lorsqu’il a été question de rembourser les sous ou de les retenir sur les soldes, ce fut une levée de bouclier. A-t-on situé les responsabilités ? Cet argent ne pouvait-il pas servir à quelque chose d’utile ? Les bénéficiaires étaient-ils des intouchables ?

 

Climat d’impunité

Comme si tout cela ne suffisait pas, des Officiers ont encore tenté de sevrer nos braves soldats de leurs droits. Les faits se sont déroulés, la semaine dernière, au Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro. Présentement, le Bataillon GTIA 8. Le baptême aura lieu sous peu. est en formation. Autrement dit, il s’agit du huitième contingent des militaires maliens en formation d’appui sous la direction des instructeurs européens.

Bien sûr, il y a des Instructeurs et encadreurs nationaux. Un contingent compte en moyenne six cent (600) éléments. Venant de tous les corps et de divers horizons, la formation en question ne devrait pas les priver de leurs primes, nous-a-t-on indiqué.

Tout allait bien, en tout cas, jusqu’à la semaine dernière. Les militaires-élèves ont subitement déserté les classes. Motif évoqué, la non-perception des primes dites ” Haya ” ou primes de risque. D’un montant de 50.000 FCFA, la primes est allouée par mois à chaque élément. Des Officiers avaient, en effet, trouvé que les éléments en formation n’en avaient pas droit. La protestation dura des heures. Quant aux instructeurs européens, ils observèrent une mi-temps. Histoire que les esprits se calment et que les choses rentrent dans l’ordre.

Selon nos sources, il aurait fallu que le Ministre de la Défense et des Anciens combattants, M. Tiéman Hubert Coulibaly, informé de la situation par on ne sait qui, fasse une injonction à l’adresse des Officiers indélicats. Ordre a ainsi été donné de payer immédiatement les primes ” Haya ” aux éléments du Bataillon. Ce qui fut fait dans la foulée. Mercredi 02 mars, les militaires-élèves retournèrent en classes.

Reste à savoir pourquoi ces Officiers avaient osé agit de la sorte. Ne savent-ils pas que le Colonel-Major Mary Diarra et autres ont été récemment interpellés pour des faits similaires ? Se sentiraient-ils intouchables ? GTIA, c’est le Groupement Tactique Inter-Armées.

B.koné

 

Source : Le Malien

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *