Arrestations des anciens ministres par la Cour suprême : Les citoyens se prononcent

Depuis le jeudi 26 août 2021, l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga, non moins président du parti Alliance pour la Solidarité au Mali-Convergence des Forces Patriotiques (ASMA-CFP) et Mme Bouaré Fily Sissoko, ancienne ministre de l’Economie et des finances, séjournent respectivement à la Maison centrale d’arrêt et à Bollé (prison pour femmes et mineurs), dans l’affaire dite « Achat de l’avion présidentiel et des équipements militaires ».Ces arrestations divisent l’opinion publique. Les hommes de droit, notamment les magistrats et les avocats en premier lieu. Certains estiment qu’elles constituent un grand avancement dans ce dossier et que la justice prouve son indépendance et sa crédibilité en entendant, voire, en arrêtant des personnes présumées coupables de détournement des ressources publiques.

Pour d’autres, ces arrestations sont politisées car le statut des incriminés ne leur permet pas d’être arrêtés par la Cour suprême. Il faudrait, arguent-ils, la Haute Cour de justice, pour juger ces personnalités, alors que cette institution n’existe plus depuis le coup d’Etat du 18 aout 2020. Toute chose qui a suscité une divergence entre les magistrats de la Cour suprême. Si le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) et le Syndicat Libre de la Magistrature (SYLMA) défendent le procureur général de la Cour suprême et mettent en garde quiconque se rendra coupable d’outrage dans ce dossier, l’Association malienne des procureurs et poursuivants du Mali (AMPP) et la Référence syndicale des magistrats (REFSYMA) dénoncent avec rigueur la violation des lois et le vice de forme dans les procédures.

Les avis des citoyens

« J’apprécie les arrestations de ceux qui ont détourné l’argent public. Dans ce dossier de l’affaire de l’avion présidentiel, la justice doit être juste et rigoureuse en arrêtant tous ceux qui sont impliqués pour un jugement équitable. Mais arrêter les gens et les libérer après quelques mois sous le paiement des cautions sans aucun jugement, cela est une désolation et anéanti la crédibilité de la justice malienne. Quand même aujourd’hui les yeux sont braqués sur eux, donc qu’ils tirent cette affaire jusqu’au bout », tranche Alassane Dramé, économiste.

Amadou Dembélé, fonctionnaire s’insurge : « les politiciens ont pillé ce pays. Comment se fait-il que dans un pays, il y ait des supers citoyens qui ne peuvent pas être jugés comme les autres et pourtant ils sont au service du peuple et sont payés par le même peuple ? Leur Haute cour de la justice est un machin pour encourager les détournements de l’argent. Sinon être ministre ne veut rien dire en principe. Tu es en mission au nom du peuple pour un moment donné alors tu ne dois pas être supérieur à ce peuple. Que la justice arrête tous les voleurs de l’argent public, c’est la seule garantie pour que notre pays puisse se développer ».

« Quand je vois que des magistrats de la Cour suprême ne s’entendent pas sur les arrestations de ces anciens ministres présumés coupables de détournements, le flash spécial du procureur de la même Cour à la télévision nationale, je crois à la politisation de ce dossier. Sinon pourquoi un flash spécial ? La justice doit faire son travail conformément aux lois et à la crainte de Dieu. Sinon nous voulons les arrestations de tous les voleurs de l’argent public mais qu’il n’y ait pas d’exception ou de justice à double vitesse ou la politisation de l’affaire », estime Mme Oumou Keita. « Déjà que deux anciens ministres ont été arrêtés, la justice doit aller jusqu’au bout. Surtout que ce dossier ne pourra être jugé sans que l’ancien président de la République Ibrahim Boubacar Keita ne soit interpelé. C’est impossible. Car, c’est lui qui a eu le mandat du peuple pour diriger le pays donc s’il y a des crimes économiques sous son règne il est en quelques sorte coupable. Quand même nous sommes en train d’observer la justice malienne et sa crédibilité dépendra beaucoup de ce dossier », nous énonce Ibrahim Sylla, commerçant.

Par ailleurs, il est à souligner que plusieurs personnes sont impliquées dans ce dossier. Des anciens ministres, des opérateurs économiques.

Seydou K. KONE

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *