Mali-France : SUR LE CHANTIER D’UN NOUVEAU PARTENARIAT POUR LA PROMOTION DE LA FEMME ET DE LA JUSTICE

Mme Najat Vallaud Belkacem a annoncé plusieurs initiatives visant à promouvoir les droits des femmes et à assurer leur pleine participation au vaste chantier de la réconciliation et de la reconstruction 

 

Najat Vallaud Belkacem ministre française Droits femme goupement

Avant de quitter notre pays, le ministre français des Droits des Femmes, et Porte-parole du gouvernement, Mme Najat Vallaud Belkacem a animé un point de presse pour partager avec les journalistes les objectifs de sa visite. Il s’agissait aussi  pour elle de faire le point sur les grandes lignes de sa rencontre avec les autorités politiques, institutionnelles, la société civile féminine, les femmes du Nord, les femmes entrepreneurs etc.

Mme Najat Vallaud Belkacem était venue également se faire une idée de la place donnée aux Maliennes dans la gestion de la paix ainsi que dans la reconstruction du pays. Le ministre s’est également  imprégné de la problématique de l’accès des femmes aux postes de responsabilité et à la justice. Sur ce point, elle dira que l’accès des Maliennes à la justice est freiné par des nombreuses considérations, auxquelles il faudra rapidement apporter des réponses.

Pour  mieux mesurer les défis qui se posent aux Maliennes et y apporter des solutions, Mme Najat Vallaud Belkacem a, au cours de son séjour, rencontré le ministre de la Justice, Garde des sceaux, son homologue de la Promotion de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, les femmes parlementaires, les femmes juristes. Le clou des rencontres aura été l’audience accordée par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. Cette rencontre a été très instructive, a assuré la visiteuse.

Lors des échanges avec le chef de l’Etat, il a beaucoup été question du partenariat entre nos deux pays en général et en matière de droits des femmes et de l’égalité entre l’homme et la femme, en particulier. A cet effet, le président IBK aurait annoncé l’adoption prochaine d’une loi en faveur de l’égalité des sexes.

Najat Vallaud Belkacem s’est réjouie de l’accord bilatéral de partenariat en gestation en matière de la promotion de la femme et de son autonomisation. Cet accord une fois mis en œuvre donnera une réponse adéquate à la problématique du faible accès des femmes aux postes de responsabilités.

Selon le ministre français, il faut à cet effet, et cela à travers des formations en leadership, combattre « l’autocensure » des Maliennes, corriger aussi leur « conformisme social ». L’idée, explique-t-elle, est de développer des modules de formation afin que les femmes aient confiance en elles-mêmes.

Pour l’autonomisation des Maliennes surtout financière, la responsable française a assuré la disponibilité de son pays à développer l’entreprenariat féminin. Najat Vallaud Belkacem se dit convaincue que l’accès des femmes aux postes de responsabilités passera forcement par l’adoption d’une loi favorable à cet objectif (voir l’article sur la rencontre avec les femmes, ci-dessous).

La visiteuse de marque a par ailleurs donné l’assurance que tout sera fait pour permettre à la femme de jouer pleinement son rôle dans la consolidation de la paix et de la reconstruction du pays. A ce propos, une radio dénommée « Radio de la paix » pour porter la voix des femmes sera bientôt ouverte.

En ce qui concerne la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), le ministre français des Droits des Femmes, a  évoqué l’expérience de son pays en la matière notamment dans la formation des différents acteurs concernés par le problème. Elle espère que nos deux pays s’engageront ensemble en ce sens pour  mettre fin à ces violences.

Se prononçant sur la problématique de l’excision, le ministre dira que la France est également touchée par le phénomène. Ainsi, pour combattre la pratique la France a adopté des lois très sévères. Et cette législation a été encore renforcée tout récemment. Ainsi, en plus de poursuivre et de sanctionner les auteurs de ces violences sur les filles et les femmes, ceux qui persuadent également les jeunes femmes de se faire exciser sont aussi poursuivis et sévèrement sanctionnés, indique-t-elle.

Pour le cas de notre pays, Najat Vallaud Belkacem pense que c’est à la démocratie malienne d’en juger, s’il faut une loi contre la pratique ou pas. Ce qui est sûr, c’est que  la France se fait un devoir d’informer et de sensibiliser les jeunes couples d’origine malienne qui désirent vivre dans l’Hexagone, sur l’existence d’une la loi contre l’excision. Par ailleurs, un appui sera apporté aux ONG qui luttent contre cette pratique néfaste dans notre pays.

En parlant de sa rencontre avec les représentants des femmes du Nord, Najat Vallaud Belkacem a indiqué qu’elle a juste retenu que ces femmes ne veulent plus  être vue uniquement sur le prisme de victimes. Elles sont aussi actrices surtout économiques. Il y a donc nécessité de s’intéresser aux aspects de la vie économique de ces femmes.

Après la guerre, la reconstruction, cela ne sera possible sans les femmes. Le vaste chantier de la réconciliation et de la reconstruction du pays ne se fera pas non plus sans la justice. C’est justement pourquoi, Najat Vallaud Belkacem s’est faite accompagnée par le tout nouveau bâtonnier de la France Pierre Olivier Sur. Ce dernier a annoncé la tenue à la mi-septembre prochaine d’un « Campus » dans notre pays.

Cet événement réunira une centaine d’avocats français, d’autres venant des pays de la sous-région et leurs collègues maliens. Pendant trois jours, ils vont essayer de voir comment résoudre l’accès au droit dans notre pays. A cet effet, les avocats de la France apporteront des matières nécessaires pour le perfectionnement de nos juges et avocats. Aussi à l’issue de cette rencontre, un fonds appelé « Aide juridique » sera mis en place, afin d’aider les plus pauvres à s’offrir l’assistance d’un avocat.

Ce « Campus » participera aussi à la réflexion sur la manière de briser le silence autour des violences basées sur le genre, afin que leurs auteurs soient poursuivis et punis, a expliqué le bâtonnier de l’Ordre des avocats de France. En somme, la grande famille des avocats de France veut participer au vaste chantier de  la reconstruction de notre pays, via le droit.

M. A. TRAORE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *