Lutte contre le terrorisme : WASHINGTON SOUTIENT NOTRE PAYS

La secrétaire d’Etat adjointe aux Affaires africaines, Linda Thomas-Greenfield, et le commandant général d’AFRICOM, David M. Rodriguez, l’ont confirmé lors d’une conférence téléphonique

general David Rodriguez commandant Afrikom commandement etats unis

La paix et la sécurité demeurent les principales priorités de Washington en Afrique. Ces deux préoccupations ont été largement évoquées hier par la secrétaire d’Etat adjointe aux Affaires africaines, Linda Thomas-Greenfield, et le commandant général d’AFRICOM, David M. Rodriguez. C’était lors d’une conférence téléphonique sur la politique étrangère et la coopération sécuritaire des Etats-Unis en Afrique sub-saharienne. A Bamako, la direction des Affaires publiques de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique a invité des journalistes à suivre cette vidéo-conférence dans sa salle informatique.
Dans une brève déclaration liminaire, Linda Thomas-Greenfield a indiqué que Washington travaillait avec les différents gouvernements de notre continent dans le cadre des opérations de maintien de la paix, de la lutte contre le terrorisme et des relations internationales. « Nous soutenons les efforts du gouvernement américain pour lutter contre l’insécurité et fortifier le partenariat pour la stabilité des pays africains », a indiqué de son côté David M. Rodriguez, le patron d’AFRICOM.
Répondant aux questions des journalistes, il a précisé : « nous travaillons avec nos partenaires, notamment les Français, pour soutenir la mission des Nations Unies au Mali. Nous travaillons très bien au Mali et au Nigeria. Nous allons partager les renseignements pour aider les forces armées à arrêter les attaques terroristes ». Le commandant général d’AFRICOM a assuré que les Etats-Unis continueront à soutenir les efforts de notre gouvernement et de celui du Tchad pour circonscrire l’insécurité dans la région. Washington assistera les pays affectés par les attaques des groupes terroristes, dont Ançardine et Boko Haram, à travers des programmes de formation, des exercices militaires, l’équipement et d’autres projets, pour renforcer les capacités de nos troupes, en vue d’éradiquer le terrorisme, un phénomène qui affecte la stabilité et le développement.
« La paix et la sécurité sont nos premières priorités. Nous œuvrons pour la lutte contre l’extrémisme qui a un impact négatif sur le développement du continent. Nous continuerons à soutenir la démocratie, la bonne gouvernance et la société civile », a confirmé la secrétaire d’Etat adjointe aux Affaires africaines.
D’après les deux personnalités, les Etats-Unis vont renforcer leur coopération avec le Nigeria à l’occasion de la visite du président nigérian, Muhammadu Buhari, prévue ce mois à Washington. « Nous allons aider les Nigérians dans leurs efforts de lutte contre Boko Haram, en leur fournissant des équipements. Nous allons voir ce qui est réalisable », a promis Linda Thomas-Greenfield.
S’agissant du Burundi où l’opposition manifeste contre la volonté du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, elle a réaffirmé la position de Washington sur le respect des principes démocratiques. « Nous l’avons (le président Pierre Nkurunziza) encouragé à ne pas se représenter, à écouter son peuple. Nous allons contribuer à promouvoir le dialogue pour que l’instabilité ne gagne la sous-région. Ce qui nous préoccupe, c’est l’impact de la crise sur les pays de la sous-région. Nous allons poursuivre nos contacts avec nos partenaires pour renforcer la démocratie, favoriser la prospérité et créer des emplois », a-t-elle expliqué à propos de la situation dans ce pays.
Interrogée sur la poursuite du programme Yali, après la fin du mandat du président américain Barack Obama, Linda Thomas-Greenfield a répondu par l’affirmative et annoncé que les nouveaux bénéficiaires de ce programme initié par Barack Obama vont participer au sommet de l’entreprenariat Etats-Unis/Afrique qui doit se dérouler dans quelques jours à Nairobi, la capitale du Kenya. A travers ce programme, Washington aide les jeunes africains à préparer l’avenir de nos pays.
B. M. SISSOKO

source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.