Conseil supérieur de défense : Échanges au sommet de l’État sur les questions de sécurité

Le président de la Transition, Bah N’Daw, a présidé hier une session du Conseil supérieur de défense à Koulouba. C’était en présence du vice-président, le colonel Assimi Goïta, du Premier ministre, Moctar Ouane, de plusieurs membres du gouvernement et de la hiérarchie militaire. L’ordre du jour de la rencontre a porté sur les questions de défense et de sécurité. Cette rencontre au sommet de l’État intervient après une série d’attaques contre les positions de nos forces de défense et de sécurité dans différentes localités du pays.

 

De Bandiagara dans la Région de Mopti, à San en passant par Hèrèmakoro (Région de Sikasso), les accrochages entre les forces de défense et de sécurité et les groupes terroristes ont occasionné des pertes en vies humaines de part et d’autre et d’importants dégâts matériels.

À San, les ennemis de la paix ont saccagé la brigade territoriale de la gendarmerie, brûlé quatre véhicules et deux motos. Le gendarme blessé dans l’attaque a finalement succombé à ses blessures. À Hèrèmakono, localité située à une trentaine de km de Sikasso, les assaillants ont dévasté le poste de la douane et celui de la gendarmerie, brûlé plusieurs véhicules. Un civil a été tué et un autre grièvement blessé.

Dans l’attaque de la base du détachement de Dialoubé à Bandiagara et l’escadron de la gendarmerie, les affrontements se sont soldés par la mort de 8 soldats et cinq blessés. Pas plus tard qu’hier, le poste de sécurité de Dinangourou a fait l’objet d’une attaque par des individus armés. La riposte des soldats a été foudroyante, obligeant les assaillants à battre en retraite. Les terroristes ont abandonné dans leur fuite les corps de huit de leurs camarades tués. Les FAMa qui ont enregistré un mort et deux blessés dans leurs rangs, ont récupéré des matériels dont un véhicule immobilisé contenant des bidons bourrés d’explosifs, trois PKM, deux PM, quatre motos et trois talkie-walkie (voir l’article ci-dessous).

On peut remarquer que depuis le renforcement des moyens aériens des FAMa, les groupes terroristes semblent avoir adopté la tactique des attaques nocturnes. En attaquant de nuit, ils pensent ainsi se soustraire à d’éventuelles traques engagées par des avions et des hélicoptères de combat. Il est urgent de trouver des solutions pour arrêter cette série noire des attaques qui installe la psychose dans les esprits des populations. C’est bien l’effet recherché par les ennemis de la paix.

La présente session du Conseil supérieur de défense a été certainement l’occasion pour les autorités de dégager une stratégie pouvant permettre de contenir les assauts incessants des groupes armés terroristes sur notre territoire.

Madiba KEITA

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.