Connexions maliennes : la sélection musicale du « Monde Afrique »

La chanteuse Fatoumata Diawara, le groupe Songhoy Blues et la regrettée Khaira Arby illuminent des morceaux dont la portée dépasse les frontières du Mali.

 

Chaque mercredi, Le Monde Afrique vous présente trois nouveautés musicales issues ou inspirées du continent. Cette semaine, on s’intéresse à des artistes maliens dont le talent a rencontré celui de musiciens d’autres horizons, du Royaume-Uni à la France en passant par les Etats-Unis.

« Douha (Mali Mali) », de Disclosure & Fatoumata Diawara

Ces trois-là n’en sont pas à leur coup d’essai. En 2018, les frères Guy et Howard Lawrence, qui forment le duo électro Disclosure, avaient enregistré le morceau Ultimatum avec la chanteuse Fatoumata Diawara. Les voilà qui remettent le couvert avec Douha (Mali Mali), un titre qui figurera sur le prochain album des Britanniques, Energy, prévu le 28 août. La Malienne est de plus en plus courtisée sur la scène internationale : en février, on l’avait ainsi découverte aux côtés du groupe Gorillaz sur le morceau Désolé. Le 13 septembre, elle sera sur la scène du festival Jazz à la Villette, à Paris.

« Worry », de Songhoy Blues

Eux aussi ont tapé dans l’œil de Damon Albarn, le leader de Gorillaz et du projet Africa Express, qui réunit des artistes africains et occidentaux : dès 2013, leur morceau Soubour figurait sur l’album Maison des jeunes, consacré au Mali. Cette fois-ci, le groupe Songhoy Blues s’est associé au guitariste américain Matt Sweeney (Johnny Cash, Run The Jewels, Tinariwen…) pour produire Worry, premier extrait de l’album Optimisme prévu le 23 octobre. Enregistré à New York et chanté entièrement en anglais, ce titre résolument rock est accompagné d’un clip tourné à Bamako par Fansé Sanogo.

« Yerna Fassè », de Yohann Le Ferrand & Khaira Arby

Dernière connexion, celle de Yohann Le Ferrand avec Khaira Arby. Le morceau Yerna Fassè est le premier single du projet Yeko, que le guitariste français présente comme « une série de portraits musicaux d’artistes africains ». Cette chanson, la dernière que « le rossignol de Tombouctou » ait enregistrée avant sa mort en août 2018, à l’âge de 58 ans, fait l’objet d’un making-of sur YouTube et d’un clip réalisé par Soussaba Cissé avec la danseuse Adiara Traoré. Le prochain titre du projet Yeko mettra en avant une autre artiste malienne, Tina, qui a notamment été choriste pour Rokia Traoré.

Fabien Mollon

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *