Congrès du PIDS : Le parti résolument engagé dans le combat anti-putsch

Le parti de l’Indépendance, de la Démocratie  et de la Solidarité (PIDS) qui a tenu son  IVe congrès ordinaire, le samedi 21 juin 2014, apparaît sans doute comme un parti résolument engagé dans le combat anti- putsch pour la restauration de l’ordre constitutionnel au Mali depuis les événements de 2012-2013. En effet, le parti présidé par Daba Diawara s’est illustré par son choix d’un Mali démocratique, en prenant la décision de s’éloigner de la compromission quel qu’en soit le prix.

DJIGUIBA KEITA PPR MINISTRE JEUNESSE SPORTS ENA

 

A l’heure des grands regroupements et des positionnements pour la conquête du pouvoir, le parti a tourné le dos au regroupement politique IBK Mali-2012 auquel il appartenait, avant de constater les liens compromettant de celui-ci avec la junte putschiste, le CNRDRE du Capitaine Amadou Haya Sanogo. Il en claquera la porte, malgré que ce regroupement marquait une avancée certaine vers le pouvoir. Ce qui fera dire à Djiguiba Kéita PPR, secrétaire général du Parena, au congrès du PIDS, que « le PIDS n’est pas opportuniste ! ». Selon lui, « L’échiquier politique de notre pays est facile à lire depuis les événements de régression de mars 2012: une partie de la classe politique a résolument combattu le coup d’Etat, l’autre partie l’a combattu du bout des lèvres, a composé avec lui, l’a adoubé et s’est servi de lui pour gravir la Colline. Nos deux partis (Parena et PIDS) sont de ceux qui se sont battus pour le retour conséquent à l’ordre constitutionnel sans compromission aucune avec la Junte », selon PPR.

————————————————————–

PPR au congrès du PIDS

« Moussa Mara est d’abord de Kati »

Se prononçant d’abord sur la motion de censure, PPR a dit ensuite son point de vue sur les liens lointains entre le Premier ministre Moussa Mara et la junte putschiste. « En réalité on ne peut être surpris de le voir aux côtés de la junte de Kati et des putschistes. D’abord, il est de Kati aussi », a commenté le secrétaire général du Parena.

Que dit la motion de censure ?

Que depuis neuf mois nous est servie une gouvernance de complaisance
Que des mensonges d’Etat sont légion 
Que l’amateurisme et l’improvisation ont causé le plus grand tort au Mali avec la visite inopportune, voire irresponsable du PM à Kidal, visite qui a entraîné la perte de la souveraineté du pays sur Kidal et humilié toute une nation
Que la déclaration de la  guerre par le Premier Ministre, en violation de la Constitution, a endeuillé des dizaines de familles, fait des dizaines de veuves et d’orphelins, fait reculer les positions du pays sur le terrain, le contraignant aujourd’hui à négocier en position de faiblesse.
Que l’incurie du Gouvernement qui a constitué à relever les organisateurs des examens à deux ou trois mois de la fin de l ‘année est à la base des dysfonctionnements observés au DEF et au BAC
Qu’enfin les dépenses de prestige et la passation de marchés mirobolants de gré à gré menacent nos bonnes relations avec le FMI et nos autres partenaires, toutes choses qui peuvent mettre en danger le  panier de la ménagère. 
Camarades congressistes, quand des patriotes posent de telles questions, toutes plus préoccupantes les unes que les autres, toutes plus justes les unes que les autres, le Premier ministre ne trouve rien d’autre à répliquer, faute d’arguments,  que de magnifier la junte  du 21 mars 2012, qui a attenté à la vie de l’honorable SOUMAILA Cisse. En disant 21 mars 2012, nous voulons restituer à l’Histoire la vérité et mettre fin à l’imposture et à l’usurpation de notre 22 mars 1991 que d’aucuns voudraient salir en créant l’amalgame avec l’avènement du coup d’Etat le plus stupide du monde.
Revenant au PM, en réalité on ne peut être surpris de le voir aux côtés de la junte de Kati et des putschistes. D’abord, il est de Kati aussi. Ensuite, il pourrait citer le rebelle jamais repenti et député du RPM aujourd’hui, Mohamed AG BIBI qui disait  » je suis rebelle et fils de rebelle », mais lui pourrait même ajouter qu’il est homonyme d’un ……… »grand républicain » !
Le PM aurait voulu que SOUMAILA ne se sauvât pas devant la soldatesque de Kati. Heureusement que notre Honorable a su reculer pour bien sauter aujourd’hui. La lutte continue!

SOURCE: Le Républicain

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.