Congres de l’ADEMA-PASJ les 24 et 25 mai : Interview exclusif du Secrétaire général de la Section de Sikasso Nazanga Dissa, membre du conseil de cercle

M. dissa pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

ADEMA pasj conference reunion cicb bamako

Je suis Nazanga Dissa, Secrétaire général de la section ADEMA-PASJ de Sikasso, Professeur à la retraite.

 

Comment se porte l’Adema à Sikasso ?

 

L’ADEMA s’est toujours porté bien dans la section de Sikasso, même si certains pensent toujours aux élections passées en 2013. Du point de vu santé le parti vit bien à cause de l’engagement personnel de ses militants qui font des efforts louables pour maintenir le cap. La preuve est qu’en 2009 même sans député on a gagné le conseil de cercle, l’assemblée régionale et la mairie centrale de Sikasso. Avec 17 Maires dans le cercle sur 43 on peut dire que l’état de santé de l’ADEMA à Sikasso est assez bien pour être modeste. Avec un total de 212 conseillers communaux sur 611 aux élections communales de 2009 nous pouvons dire que ça va dans l’ensemble.

 

Quel est l’état d’avancement du renouvellement des structures de base du parti dans la région ?

 

On est à la fin des opérations de renouvellement avec des remembrements des structures de jeunes et des femmes consécutifs à des défections en faveur du nouveau parti au pouvoir. Quant au parti les comités et les sous sections ont été renouvelés. Le bureau de la section a été mis en place le 10 mars dernier sous la supervision de M. Makan Moussa Sissoko, membre du comité Exécutif du parti. A cette conférence sur 46 sections au total, 44 ont pris part et deux étaient absentes pour cas de forces majeures.

 

Pouvez-vous nous évoquer les difficultés rencontrées dans les opérations de renouvellement ?

 

Vous savez les difficultés ne manquent pas surtout dans une zone rurale où les populations sont dans les activités agricoles. Les problèmes que nous avons pu les circonscrire en évitant des saignées après la mise en place du bureau. Il fallait donc attendre que ceux qui avaient leur veste pour d’autres partis partent pour ne pas faire d’amalgame. C’est pourquoi on a pris du retard pour faire la part des choses. Tenez-vous que le jour de la conférence, les sous sections qui étaient distantes de plus de 140 km sont venues à leurs frais, comme pour dire que les militants sont restés engagés. Les difficultés qu’on rencontre dans la commune urbaine de Sikasso tiennent au fait que les cadres entre guillemets changent de veste à tout bout de champ. Ce qui fait que la force de l’ADEMA à Sikasso, ce sont les communes rurales.

 

Quelles appréciations faites-vous du départ de M. Mamadou tangara, le maire de Sikasso de l’Adema ?

 

La question ne m’a pas surpris du tout. Pour moi c’est un non événement pour plusieurs raisons. Personne ne peut connaitre Tangara politiquement mieux que moi. On s’est côtoyé dans le sens positif. Pour ce qui est de son départ pour le RPM, tout le monde devait s’attendre à ça. Vous savez que Mamadou Tangara a fait le tour du monde dans tous les partis. Sa dernière résidence était le Mouvement citoyen où il se faisait passer pour l’ami intime d’ATT. il fut même candidat du Mouvement citoyen pour la députation en 2007. Donc son départ ne m’a pas surpris parce que quelqu’un qui est dans le foncier ne peut que chercher la couverture du pouvoir. Hors sa vie c’est ça. Depuis les présidentielles de 2013 on a senti qu’il était sur la pointe des pieds, il avait ses bagages déjà prêts avec ses proches et ses partisans. Nous aussi on a pris le devant au renouvellement. Tous ceux qui sentaient Tangara on les a

vidés de nos comités et de nos sous sections. Ce qui fait que son départ n’a pas causé trop de problème .Il ne fallait pas attendre qu’il démissionne du comité ou de sous section on les a débarqués bien avant. C’est pour dire que sa lettre de démission est arrivée au niveau de la section après que nous ayons mis en place le bureau de la section de Sikasso. M. Tangara ne s’est jamais engagé pour un parti, il s’engage toujours pour ses intérêts. Et depuis 2 ans il était en train de voir là où débarquer. Il a d’abord lorgné du côté des FARES en envoyant certains de ses fidèles pour voir si ça peu marcher. Récemment, il était en train de regarder du côté de l’URD. Je vous assure que c’est quelqu’un que je ne souhaite pas rencontrer. Nous avons collaboré avec lui, il est sans moralité et reste trempé dans toutes les sales affaires foncières. Il utilise nos terres pour entretenir son petit monde au détriment des paisibles populations. L’Etat central est au courant de ses bavures. Honnêtement son départ ne fait que nous soulager car on ne gère plus des hommes avec leur moral, mais on gère un parti politique.

 

Quels sont vos rapports avec les partis de la convention de la Majorité Présidentielle à Sikasso ?

 

Majorité présidentielle à Sikasso ? Vous savez, chaque milieu a ses réalités. Sikasso c’est un autre monde. Ici l’ADEMA a toujours eu de bonnes relations avec tous les partis. C’est souvent les hommes qui changent de comportement si non on a travaillé avec le RPM quand Il était dans l’opposition. La preuve est qu’en 2004 on est venu ensemble au conseil de cercle et le RPM était un de mes vice-présidents. En 2009 également le RPM était un des adjoints au maire Tangara avec seulement deux conseillers. Mais la nouvelle donne est telle que quand on est au pouvoir on adopte un autre comportement. La mouvance Présidentielle à Sikasso ne vit pas pour plusieurs raisons : Le RPM semble pensé que le pouvoir peut gérer les choses sans les autres. Si non les autres partis de la mouvance présidentielle ASMA, SADI, CNID, CODEM sont des partis avec lesquels nous entretenons de bons rapports. Nous avons été en liste d’alliance avec la CODEM aux législatives que nous n’avons pas gagné. En tout cas entre le RPM et nous il y a une certaine inquiétude, ça se comprend il y a la fougue de la victoire on attend de voir.

 

Comment la région de Sikasso entend-t-elle aborder le prochain congrès du parti, Avez-vous un candidat ?

 

La région de Sikasso a un candidat, il a été désigné à Kadiolo, plus précisément dans le village de Loulouni où on était en conférence régionale. Il y avait la rentrée politique pour fêter l’adhésion du maire et de 9 autres conseillers à l’ADEMA, pour dire que l’ADEMA continue toujours à être un parti aimé par les gens. Nous avons profité de cette rentrée politique pour nous prononcer sur les candidatures. Tiémoko Sangaré, le président par intérim du parti et son secrétaire général ont été appréciés, lors de la conférence Nationale du parti. Donc il n y a pas de raison qu’il ne soit pas le candidat pour une région d’où il est originaire, il n y a pas de raison que Sikasso ne soutienne pas cette candidature. Sur les 7 sections de la région de Sikasso 6 ont donné leur accord pour dire que Tiémoko est leur porte drapeau. Donc candidat de la région pour la présidence du parti. Nous avons fait cette analyse et nous reconnaissons qu’il a fait des efforts très louables à la tête du parti pendant ce laps de temps. Donc nous avons un candidat même si au niveau de la section de Yanfolila il y a eu une candidature. Démocratiquement Tiémoko est le candidat de la région avec 6 sections sur 7. Nous souhaitons que les autres coordinations emboitent le pas pour soutenir la candidature du président par intérim. La candidature de Yaya Sangaré a été très mal perçue parce que vous savez il y a des gens qui gèrent le pays pour ne pas dire par procuration. Le problème du parti est qu’il y a des hommes quand ils sont à des postes ministériels ils peuvent débaucher d’autres pour leurs propres Intérêts pas pour le parti. Ils essayent de créer la zizanie dans les sections, trouver des hommes pour leurs desseins. Ceux-ci ne peuvent pas construire le parti. Un parti c’est avec des hommes de qualité, il faut aller avec des hommes capables de faire autrement la politique. Mais faire la politique pour nuire à son adversaire relève de la méchanceté gratuite. Et nous avons appris à nos dépens parce que nous avons perdu les élections présidentielles parce qu’on a n’a pas voulu comprendre cela. Dans tous les pays du monde dans toutes les démocraties on ne peut choisir quelqu’un qui n’a pas de base politique pour être président de la République. A l’Adema, nous l’avons fait parce que les gens on t dit il faut choisir la jeunesse. Quelle jeunesse, une jeunesse qui n’a même pas de famille, qui ne sait pas faire de la politique. Est ce qu’on peut confier un Mali malade à quelqu’un qui n’a même pas de base. Voilà pourquoi nous avons perdu les élections. Donc la candidature de Yaya est très mal perçue et mal venue c’est des ambitions démesurées qui ne disent pas leur nom. Il n y a pas d’autres explications, sa candidature est un montage ou il est à la merci des individus qui ont leurs propres agendas.

Toutes les 6 autres sections ont pris acte de son comportement et on va gérer son cas.

 

Que pensez-vous du journal InfoSept qui se veut sous régional ?

Je ne peux que vous encourager à persévérer dans cette voie. Vous avez un début promoteur et je vous demande de rester dans cette logique. Surtout de dire la vérité de ne pas faire l’éloge de quelqu’un qui ne le mérite pas. Faire beaucoup attention. Allez dans la ligne droite comme certains journaux de la place. Je vous souhaite bon vent.

 

Propos recueillis par

Youssouf Sissoko

source : [email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.