Conférence d’entente Nationale: ultime espoir de faire la paix

baba akhib haidara conference attente nationale mediateur

Dans l’Accord pour la paix et la réconciliation, signé en mai et juin 2015, les parties maliennes avaient prévu un cadre dans lequel tous les Maliens (sans exclusion) devraient pouvoir s’exprimer librement, se parler franchement, se comprendre et probablement se pardonner : c’est la Conférence d’Entente Nationale. Dix-huit mois après la signature de l’Accord par les groupes armés, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a décidé d’ouvrir ce chapitre de l’histoire de notre pays, en confiant l’organisation de cette conférence au Médiateur de la République, Baba Akhib Haïdara. Qui, malgré son âge (83 ans), a montré sa détermination à circonscrire avec tous les Maliens (de l’intérieur et de la diaspora) la crise multiforme que connait le Mali depuis des décennies.
Depuis sa nomination à la tête de la Commission préparatoire de la Conférence d’Entente Nationale, Baba Akhib Haïdara s’attèle à relever le principal défi, notamment l’organisation d’une conférence inclusive en mars 2017. Et pour la circonstance, le Médiateur de la République s’est fait entourer par une équipe d’experts, qui travaillent dans une parfaite symbiose dans trois (03) groupes de travail («Analyse et Rédaction», «Communication et Relations Publiques», «Organisation et Logistique»).

Une charte pour la Paix…
Il faut tout d’abord rappeler que l’Accord pour la paix et la réconciliation signé entre le gouvernement et les groupes armés en mai et juin 2015, prévoit l’instauration d’une période intérimaire, au cours de laquelle seront prises des initiatives qui faciliteront le retour de l’apaisement dans notre pays après la crise de 2012 que notre pays a connue. Parmi les actions préconisées figure l’organisation d’une Conférence d’Entente Nationale. Celle-ci enregistrera « une représentation équitable des parties » impliquées dans la crise au nord du Mali, en vue de « permettre un débat approfondi entre les composantes de la Nation malienne sur les causes profondes du conflit ». La Conférence devra notamment produire une Charte pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation. Celle-ci sera « élaborée sur une base consensuelle et prendra en charge les dimensions mémorielle, identitaire et historique de la crise malienne ». Elle scellera l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Mali, selon le président de la commission préparatoire, dans une interview accordée à nos confrères de l’ORTM.
Alors, selon le responsable de la communication de la Commission préparatoire de la Conférence d’Entente Nationale, il est important de lever toute équivoque quant aux amalgames sur les objectifs de la dite conférence. Qui n’est pas une conférence nationale souveraine, comme veulent le faire croire certains acteurs. « Le Mali a un président de la République élu et une constitution en vigueur. Toute chose qu’on ne pourra pas remettre en cause. Car la conférence d’Entente Nationale est organisée dans le cadre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation nationale, qui se trouve au dessous de la constitution du Mali », a précisé Alfousseyni Sidibé.
L’inclusivité ?
Et pour atteindre les objectifs de cette conférence d’Entente Nationale, Baba Akhib Haïdara ne ménage ni son temps, encore moins sa monture pour satisfaire à une des aspirations du chef de l’Etat : L’INCLUSIVITE. La conférence d’Entente Nationale doit mettre autour de la table tous les enfants du Mali afin qu’ils discutent de tout, y compris leurs différences.
Déjà, il est prévu que toutes les couches socioprofessionnelles soient représentées à la conférence qui doit se tenir en mars prochain à Bamako. Il s’agit, entre autres, des représentants des mouvements signataires et non signataires de l’Accord, des élus locaux, de l’Etat, des autorités traditionnelles et religieuses, des forces de défense et de sécurité, des organisations de développement local, des organisations de jeunes et de femmes, des organisations de victimes et des personnes déplacées et réfugiées, du secteur privé, des médias et des communicateurs traditionnels, des associations de la société civile.
Au-delà, le président de la Commission préparatoire a décidé de se mettre au dessus des clivages en rencontrant les leaders des couches socioprofessionnelles, mais aussi des personnalités politiques, coutumières et religieuses. Les responsables de la Convention de la majorité présidentielle, de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM), de la Confédération Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM), et même des groupes armés (CMA et Plateforme) ont été consultés par le président de la Commission préparatoire.
Mais l’inclusivité prônée par le président de la commission préparatoire de la CEN, n’est pas gagnée à l’avance. Les partis politiques de l’opposition (lors de leur rencontre avec Baba Akhib Haïdara) ont émis « de sérieuses réserves quant à la pertinence et à l’opportunité de l’organisation d’une telle conférence ». Par contre, ils réclament plutôt « la tenue d’une concertation nationale inclusive regroupant l’ensemble des forces vives de la nation autour des problèmes institutionnels, de défense, de sécurité, de gouvernance et de développement ». La garantie de l’inclusivité de la Conférence d’Entente nationale du Président Haïdara n’a, visiblement, pas convaincu les opposants.

Consultations régionales
Aussi, des anciens premiers ministres, l’Amenokal des Kel Antessar et celui des Ifoghas sont parmi les personnalités reçues par Baba Akhib Haïdara. Qui a sur son agenda une longue liste de personnalités à consulter dans les jours à venir, dont le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur. Ceci rentre dans les préalables à la réussite de la Conférence d’Entente nationale.
Autres préalables, ce sont les consultations régionales, qui devraient précéder la conférence d’Entente nationale. Elles concernent toutes les régions du Mali. Les consultations régionales ont pour but d’informer et de sensibiliser les populations afin de recueillir leurs attentes par rapport à la conférence d’Entente nationale. Mopti, Gao, Tombouctou et Taoudéni, ont déjà tenu leurs assises. Et les autres régions (Kayes, Sikasso, Koulikoro, Ségou, Kidal, Ménaka et Bamako), sont dans la dynamique de relever le challenge.
Evoquant la Conférence d’Entente nationale, le président de la commission préparatoire a attiré l’attention sur les thématiques et les opportunités de la CEN. « La Conférence d’Entente nationale est porteuse tout à la fois de grandes espérances et d’objectifs ambitieux pour tous les fils et les filles de notre pays. Les participants auront l’occasion d’aborder, sans tabou, les thématiques de la crise qui a touché notre Nation dans son âme, de formuler en toute lucidité des pistes de solutions et d’aboutir à des consensus pour garantir notre devenir commun. A mon avis, et en me référant à l’actualité que nous vivons, la Conférence d’Entente nationale représente sans aucun doute une grande opportunité pour endiguer le scepticisme quasi général entourant la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et relancer la dynamique de l’apaisement et de la stabilité.
La Conférence d’Entente nationale offre une réelle possibilité de diagnostiquer les entraves à la mise en œuvre de l’Accord et constitue une opportunité pour le peuple malien de baliser une sortie de crise après avoir débattu de ses causes profondes.
Enfin, la Conférence d’Entente Nationale est le moyen pour nous Maliens de valoriser davantage la réhabilitation des éléments basiques de notre vivre ensemble, à savoir la cohésion sociale, la cohabitation harmonieuse et l’entraide entre les communautés », a affirmé Baba Akhib Haïdara. De toute évidence, la Conférence d’Entente nationale offre l’ultime espoir pour que les Maliens saisissent la paix et circonscrivent définitivement les maux qui minent la République et qui l’exposent dangereusement à ses ennemis.

Source : page Facebook de Idrissa Maïga

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *