Concertations nationales : Un collège va désigner le Président de la transition

Si les travaux des concertations nationales ont permis d’élaborer la Charte de la transition, les maliens ont hâte de savoir l’identité du président de la transition. Sera-t-il un militaire ou un civil ? Le dernier mot revient à un collège de désignation qui sera mis en place par le comité national  pour le Salut du peuple. Donc, la grande inconnue reste l’identité du Président de la transition et de son vice-président.

 

Les discussions pour les concertations nationales débutées le jeudi le 10 septembre 2020 au Centre international de Conférences de Bamako, ont pris fin le samedi 12 septembre 2020. Durant trois jours, les participants ont  convenu des grands axes de la feuille de route de la transition. Ils ont défini l’architecture et les organes, avant d’élaborer la charte de la transition.

La Charte mentionne les missions de  la transition, les organes de la transition, la durée de la transition…

Les missions de la transition sont consacrées notamment sur : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire ; la promotion de la bonne gouvernance ; l’adoption d’un pacte de stabilité sociale ; le lancement du chantier des réformes politiques et institutionnelles ;  l’organisation des élections générales.

La Charte révèle que les organes de la transition sont : le président de la transition, le Conseil national de la transition, le gouvernement. Le président de la transition est choisi par un collège de désignation mis en place par le comité national  pour le Salut du peuple. La Charte dit que le président est secondé par un vice président.

Pour cette transition, être candidat aux fonctions de président et de vice président de la Transition, obéit à certaines exigences. Il s’agit de: être une personnalité civile ou militaire ; être de nationalité malienne d’origine ; être âgé de 35 ans au moins et 70 ans au plus ; être intègre, de bonne moralité et impartial ; être une personnalité de notoriété publique, n’avoir jamais fait l’objet d’une condamnation pénale.

La Charte révèle que le Président et le vice-président de la transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielles et législatives qui seront organisés pour marquer la fin de la Transition.

 

18 mois de transition

Le chapitre consacré au gouvernement de transition mentionne que le gouvernement de transition est dirigé par un Premier ministre nommé par le Président de transition. Ce gouvernement est constitué de 25 membres au plus.

S’agissant du Conseil national de la transition, il est l’organe législatif. Il est composé de 121 membres répartis entre les forces de défense et de sécurité, les représentants du Mouvement du 5 juin, les partis et regroupements politiques,  les organisations de la société civile, les centrales syndicales, les maliens rétablis à l’extérieur, les Mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la  réconciliation, les Mouvements de l’exclusivité, les groupements de femmes et de jeunes, les personnes  vivants avec un handicap, les confessions religieuses, les autorités  traditionnelles, les chambres consulaires, les faitières de la presse. Ce comité national de la transition (CNT) est présidé par un civil ou un militaire élu en son sein.

La durée de la transition est fixée à 18 mois à compter de la date d’investiture du président  de transition.

Un des articles de la Charte amnistie les putschistes « du comité national pour le Salut du peuple et tous les  acteurs ayant participé aux événements allant du 18 aout 2020 à l’investiture du président de la transition bénéficieront de l’immunité juridictionnelle ». A ce titre, souligne la Charte, ils ne peuvent être poursuivis ou arrêtés pour des actes posés  lors desdits événements. Une loi d’amnistie sera votée à cet effet.

La cérémonie de clôture a été présidée par le président du CNSP, Assimi Goita.

Mohamed Keita

Arc en Ciel

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *