Communales à Sikasso : Le vote utile l’emporte

Avec 17 683 voix soit 29 sièges, la liste  conduite par Kalfa Sanogo prend le contrôle de la mairie de Sikasso devant ses concurrents du jour dont principalement la liste RPM-CODEM (8091 voix soit 13 sièges) et la liste URD (2222 voix soit 3 sièges). Et pourtant, tout avait été mis en œuvre pour que l’ex PDG de la CMDT, Kalfa Sanogo ne puisse pas remporter la victoire.

Kalfa Sanogo president directeur general cmdt pdg

L’écart des voix est révélateur : Les Sikassois voulaient Kalfa Sanogo à la tête de leur mairie, et c’est Kalfa Sanogo qui sera maire de Sikasso. Ainsi en a décidé le verdict des urnes du 20 novembre 2016 : la liste  conduite par Kalfa Sanogo l’emporte largement devant la liste RPM-CODEM dont Daouda Koné dit Davion était tête de liste. Le fauteuil de maire se jouait entre ces deux listes, toutes de la majorité présidentielle. C’est donc le très rigoureux Kalfa Sanogo qui devra diriger le conseil communal de Sikasso.

Au regard du déroulement de la campagne, Kalfa Sanogo et son équipe n’étaient pas donnés gagnants. De nombreux témoignages affirment que l’argent avait été mis en avant pour influencer l’issue du vote. Ce à quoi, l’heureux candidat à la mairie de Sikasso, au lendemain de la proclamation des tendances, répond par ces propos : « Il y a eu tellement de distribution d’argent  et qu’à la limite du scandale c’était honteux. Malgré cette distribution à ciel ouvert et  sans retenue de l’argent,  les Sikassois ont montré qu’il y a  une dignité sikassoise, qu’il y a une fierté sikassoise, qu’il y a une honorabilité sikassoise qu’il fallait respecter ». Si « l’argent est le nerf de la guerre »disent les spécialistes, dans le cas de Sikasso, les électeurs ont préféré voter utile. C’est aussi ça la particularité des élections dites de proximité où les valeurs humaines sont mises en avant dans le choix des candidats.

Kalfa Sanogo, un homme de rigueur à la tête de la mairie de Sikasso ?

Débarqué sans raison valable de la tête de la CMDT, son départ surprise avait été vécus par ses partisans comme de l’ingratitude, de l’injustice. La politique politicienne est certainement passée par là. Mais du côté de Sikasso, rien n’était perdu. L’enfant du terroir pouvait prétendre légitimement au fauteuil du maire de la commune. Le seul capable, à leurs yeux, de remettre Sikasso sur les rails du développement. Pour les partisans de Kalfa Sanogo, ce n’est pas une question de parti politique mais plutôt une affaire de Sikasso, son développement harmonieux et durable.

Mais en face de Kalfa Sanogo, des jeunes opérateurs économiques aux ambitions larges qui comptaient déjouer les pronostics. Mais aussi d’autres candidats qui y voyaient une opportunité de briguer la municipalité la plus convoitée par les partis politiques.

Le programme de Kalfa Sanogo est axé sur des priorités vitales pour la population de Sikasso. L’eau, l’assainissement, les routes, l’école, constituent les éléments de ce programme. Dans une des interviews qu’il nous a accordées au lendemain du vote, (interview publiée par votre serviteur dans sa parution du mercredi 23 novembre 2016) Kalfa Sanogo y détaille certains de ces axes prioritaires.

Pour l’essentiel, l’homme s’engage à faire de l’épanouissement de sa commune la priorité de ses priorités. Pour ce faire, il compte rassembler autour de lui, conscient que Sikasso a besoin de tous ses fils et filles pour se bâtir. « C’est une entreprise humaine qui nécessite une adhésion collective aux initiatives sans lesquelles, il nous serait difficile d’aller de l’avant. Cela fait partie de moi-même, je n’ai jamais aimé  les échecs. Je mets tout pour ne pas échouer » déclare-t-il.

Tièmoko Traoré

 

Source: Le Pouce

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *