Collaboration entre le gouverneur et le Président de région : Le CERM à la recherche des perspectives pour éviter un conflit de compétence

Dans le cadre de l’accord pour la paix et de la réconciliation, plus précisément la mise en œuvre de la régionalisation, le Centre d’Etudes et de Réflexion au Mali (CERM) en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert a organisé le samedi 26 septembre 2015, un colloque sur la collaboration entre le gouverneur et le président de région. C’était à l’hôtel Radisson Blu, sous la présidence de Issiaka Sidibé, Président de l’Assemblée nationale, de Ousmane Sy, Président du CERM, des anciens ministres Moussa Mara et Gaoussou Drabo ainsi que les partenaires techniques et financiers.

Le thème de ce colloque  « Président de région- Gouverneur de Région » aborde plusieurs aspects de cette collaboration avec  des questions: duo ou duel ?  Quelles prérogatives pour l’un et l’autre ? Quelle collaboration entre l’élu local et le représentant de l’Etat ? Quel dispositif pour régler les conflits ? L’objectif de ce colloque est de mieux comprendre ce renouveau institutionnel tout en identifiant toutes les zones de conflits de compétence, aussi bien dans la théorie que la pratique , pouvant exister entre le Président de région et le Gouverneur, d’analyser le contenu de la notion d’exécutif régional et de proposer des voies et moyens permettant de réduire de manière significative les risques de mésentente pouvant compromettre les relations entre ces acteurs importants de la régionalisation. Après avoir remercié le Président de l’Assemblée nationale pour sa présence ainsi que les partenaires techniques et financiers, le Président du CERM, Ousmane Sy a déclaré que ce colloque est une anticipation du fait que la régionalisation est inscrite dans l’approfondissement  du processus de la décentralisation et surtout dans les accords. Il a fait savoir que le Mali va connaitre une grande mutation du fait que la régionalisation va donner beaucoup de capacités, de forces à la région, à commencer d’abord par un président de l’assemblée régionale qui sera élu au suffrage direct. Pour lui, ce président qui aura une légitimité forte n’est pas un président autonome de l’Etat puisque qu’il va travailler avec l’Etat et sous le contrôle de l’Etat. En ce sens, il a indiqué que l’Etat a un représentant qui est le gouverneur. Donc, comment c’est deux grandes personnalités vont pouvoir collaborer dans le sens de l’intérêt général de tous les maliens, tout en préservant l’intérêt de citoyens de la région ? Aux dires du Président du CERM, c’est une grande question raison pour laquelle ils ont décidé, en anticipation à la mise en œuvre de l’accord et de la régionalisation, d’ouvrir ce débat avec des chercheurs, universitaires et des grandes personnalités afin de réfléchir à comment mettre en œuvre cette reforme pour éviter le choc. Le Président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé a remercié le CERM d’avoir initié ce débat utile et  porté sur l’avenir, s’inscrivant en droite ligne des sujets importants de l’accord pour la paix et la réconciliation. Il dira que le Mali s‘est résolument tourné vers un mode gouvernance fondé sur la prise en charge par les populations de la gestion effective de leurs propres affaires, à travers un système prenant en compte leurs aspirations et leurs besoins spécifiques. Selon le président de l’assemblée nationale, le Gouverneur de la région et le Président du conseil régional sont les deux faces d’un même projet pour le Mali. Selon lui, ils sont l’Alpha et l’oméga du développement  de la région et que leur collaboration se caractérise d’abord et avant tout par la complémentarité.

Ousmane Baba Dramé

Source :  Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *