Cheick Sidi Diarra: quelle est la portée de l’allocution du Président de la République au CICB ?

Hier, après l’adresse du Président IBK, au CICB, aux membres du Cadre d’action, de médiation, et de veille des confessions religieuses et des organisations de la société civile, l’ambassadeur Cheick Sidi DIARRA, ancien Président du Comité d’organisation du Dialogue National Inclusif (DNI) ancien Conseiller spécial de Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies (2008-2012), a fait son décryptage.
Nous vous livrons le produit de sa réflexion qui est une contribution au débat national.
Je viens d’écouter l’allocution du Président de la République devant les religieux et la société civile au CICB, ce 16 juin 2020.

Cette allocution est une bonne initiative qui répond à la demande de précisions suite à son adresse à la Nation du 14 juin.
J’en tire les enseignements suivants:
-l’acceptation de l’application intégrale de l’article 39 en faveur des enseignants est une grande avancée. Toutefois elle aurait dû être concédée longtemps avant cette phase de la crise. L’année scolaire en aurait été sauvée. Son acceptation dans le contexte actuel peut apparaître comme une volonté de diviser le Mouvement M5. Ce qui serait un mauvais calcul;
– Sur la cour constitutionnelle, nous attendions que le PR appelle les membres de la cour à démissionner. Mais il nous a amenés dans les méandres du droit pour éviter de se prononcer;
– sur le gouvernement : l’annonce d’un gouvernement d’union nationale n’est pas la solution. Elle sert à appâter ceux qui, au sein de l’opposition, se préoccupent des dividendes, quitte à affaiblir celle-ci. Cela non plus ne marchera pas;
– s’agissant de l’Assemblée nationale, sa démarche est la même: esquiver la demande pressante de revoir sa composition qui consistera soit à sa dissolution pure et simple soit à une annulation de l’arrêt de la cour constitutionnelle pour valider les résultats du M/ATD.
En conséquence, je suggère que, avant que ces mesures soient annoncées sur les ondes de l’ORTM, le Président de la République apporte les précisions suivantes:
À défaut de pouvoir démettre le Président et les conseillers de la Cour Constitutionnelle, qu’il en appelle à leur sens de responsabilité pour apaiser le climat social. Qu’ils démissionnent par eux-mêmes sans attendre une relecture de la loi organique;
-Proposer un accord sur un programme de gouvernement basé prioritairement sur les résultats du DNI. Cet accord décidera de la constitution du gouvernement et du choix du chef de gouvernement;
-la Cour constitutionnelle recomposée rapportera son arrêt sur les résultats des législatives soit en dissolvant l’Assemblée Nationale soit en réhabilitant les députés qui ont été spoliés de leurs droits.
Toute imprécision serait de nature à prolonger notre agonie et à nous amener vers une issue incertaine.
J’ai écrit ceci et je l’offre comme contribution au débat.

Cheick Sidi Diarra

INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *