Célébration du 8 mars : Le parti Sadi lance son mouvement des femmes Aoua Keïta

 

parti solidarité africaine democratie independance sadi docteur oumar mariko Le parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi) a décidé de célébrer le 8 mars de cette année à travers le lancement de son mouvement des femmes Aoua Keïta. Il s’agissait ainsi de rendre hommage à Aoua Keïta, premier député femme du Mali, qui a marqué l’histoire de notre pays par son combat politique et sa lutte pour l’émancipation de la femme.

Cette rencontre, qui a regroupé les femmes venues des six communes du District de Bamako, a eu lieu le mardi 8 mars 2016 au siège du parti Sadi à Djélibougou. La cérémonie a été présidée par le président du parti, Oumar Mariko, en présence du Secrétaire général, Rokia Sanogo, et de la présidente des femmes, Diall Fatoumata N’Diaye.

Le lancement de ce mouvement des femmes du Sadi Aoua Keïta, pour une meilleure mobilisation des femmes, en particulier dans les luttes sociales, les initiatives des organisations de gauche, est une recommandation faite lors du 4ème congrès du parti tenu en décembre 2014. Ce mouvement permettra une meilleure capitalisation des expériences d’implication des femmes dans les structures et organes de décision du parti. Il œuvrera pour une réelle mobilisation des femmes avec un courage politique, une attention particulière aux réalités et aux environnements socio-culturel et économique des femmes.

En outre, le mouvement des femmes du Sadi, dénommé Aoua Kéïta, permettra une meilleure mobilisation pour combattre la misère des femmes et améliorer leurs conditions de vie. Il renforcera les luttes du parti pour l’accès des femmes à la terre, aux instruments de travail et à l’électrification rurale.

Selon le président du parti Sadi, Oumar Mariko, cette rencontre a été organisée pour que les femmes puissent s’inspirer du combat d’Aoua Keïta afin qu’on sorte des célébrations folkloriques du 8 mars. Il dira que le 8 mars doit marquer les femmes dans le sens de la satisfaction de leurs revendications. «Nous devons dire qu’à partir du 8 mars, les femmes doivent comprendre que nous devons nous battre pour que s’arrêtent les femmes éternelles porteuses d’eau, de bois, du manque d’éducation, de santé, de place dans la société…» a-t-il déclaré.

La rencontre a été marquée par une conférence animée par Boubacar Fofana sur le parcours d’Aoua Keïta. Notons que le parti Sadi a aujourd’hui un bureau politique national de 19 membres dont 2 femmes, soit 10,5% : une Secrétaire générale et une femme au Secrétariat exécutif.

Diango COULIBALY

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *