Cadre de concertation nationale : Le consensus en marche

Il a pour objectif de discuter sur les réformes politiques et institutionnelles proposées par les autorités

La salle de conférences du département de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a abrité les travaux de concertation entre le gouvernement, la classe politique les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger et la société civile. C’était sous la présidence du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation Mohamed Ag Erlaf. Les échanges ont porté sur la formalisation et un cadre règlementaire pour un dialogue politique inclusif.

Pour un dialogue politique inclusif, le gouvernement a pris le décret n°0020/PM-RM du 17 janvier portant création du Cadre de concertation nationale et l’arrêté n°0037/MATD-SG de janvier portant composition du cadre. Selon l’arrêté, la formation politique du Cadre de concertation nationale est constituée de cinq ministres,18 présidents de partis politiques et deux chefs de file des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du Processus d’Alger.

Le ministre de l’Administration territoriale et de Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf a indiqué que la session inaugurale a pour principal objectif de prendre contact avec les formations politiques et des organisations de la société civile y compris les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. “Nous formaliserons ce cadre règlementaire. Notre option se justifie pour discuter sur les réformes politiques et institutionnelles” a t-il expliqué.

“Au cours du processus, deux formations seront mises en place. D’abord avec les partis politiques et ensuite avec les experts. La formation politique donnera des directives à la formation des experts et validera les propositions de celle-ci. Toutes les décisions qui seront validées, sont appelées des éléments probants de la participation de la classe politique dans l’organisation des réformes. Nous devrons chercher à être dans le temps, dans le processus. Les documents de base sont perfectibles et ont besoin d’être améliorés. L’objectif est de réunir ensemble les propositions, les éléments indispensables à une collaboration autour des réformes”.

Le président du Rassemblement pour le Mali (RPM) Pr Bocari Tréta a salué la présence remarquable des principaux acteurs. “Nous avons l’habitude de participer avec ses forces et faiblesses mais cette fois-ci le gouvernement a pris conscience d’améliorer ce cadre et son fonctionnement. C’est pourquoi beaucoup de propositions d’amélioration ont été faites. Nous espérons que la prochaine séance sera plus axée sur le travail. Aucune question n’est exclue. Il s’agit du Mali…”

Représentant du chef de file de l’opposition, Pr. Salikou Sanogo a insisté sur les garanties. “Puisque ce dialogue politique va porter sur la situation du pays et donner des orientations qui aboutiront à un accord politique, nous sommes venus avec nos observations. Le cadre est la bienvenue parce que nous l’avons toujours réclamé. Nous pensons que la situation actuelle du pays caractérisée par la crise sécuritaire, politique demande à ce qu’un dialogue inclusif soit instauré. Ce dialogue politique qui va discuter de la situation du pays et donner des orientations devra aboutir à un accord politique. Mais ce qui est important ce sont les garanties. Parce que tous les aspects ne sont pas encore pris en compte par ce cadre » a estimé le représentant du chef de file de l’opposition.

Seydou Diamoutene

Source: Le 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *