Braderie du patrimoine foncier de l’Etat : Bathily, ministre prestidigitateur transforme Wipi en Hyatt

mohamed ali bathil ministre justice mali garde sceaux micro interview

Alors qu’une réponse claire est attendue du ministre des domaines de l’Etat et des Affaires foncières, sur la cession de la place du cinquantenaire, dotée d’un statut d’utilité publique, nous avons reçu du département un communiqué de presse qui en rajoute à la confusion et à l’opacité de cette affaire. Au lieu de se prononcer sur les soupçons de connexion mafieuse et d’usage de société écran comme c’était le cas dans l’achat du Boeing 737 présidentiel, le ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières commence son communiqué de presse (lire le communiqué en page 2), non pas sur des faits, mais des commentaires qui ne reposent sur rien : «N’en déplaise à ceux qui n’ont cessé de vouloir le dénigrer, le ministre Mohamed Ali BATHILY n’a jamais changé d’adresse pour se retrouver logé dans une rue qui s’appellerait “spéculation foncière”. Il n’a rien cédé à quelque entrepreneur que ce soit. Dire le contraire relève du fantasme et de la diffamation ». A l’instar de cette instruction indigne d’une administration d’Etat, au service du pays et qui est tenue d’informer son peuple, sans passion, le communiqué n’apporte rien pour édifier. Au contraire, le département de Bathily, au sujet de la société américaine Wipi Group, devient muet comme une carpe, n’en pipant mot dans ce communiqué de trois pages, battant inutilement le record de la longueur de tous les communiqués du gouvernement. Que fait-il donc le ministre de cette instruction que la magie n’offre pas le don de faire qu’elle n’ait existé. Ce n’est pas par une subtilité magique qu’on pourrait faire oublier les paramètres de la société écran par le nom d’un hôtel, ‘’Hyatt’’, soit il, sans d’ailleurs donner aucune référence le concernant. Les termes de l’’instruction interministérielle querellée sont claires. Selon l’Instruction n° 2015 – 0028-MDEAF- MATD/SG du 1er septembre 2015, portant dérogation aux mesures de suspension du traitement de certaines opérations foncières, qui a été adressée à Madame la Directrice Nationale des Domaines et du Cadastre, signée de Mohamed Ali Bathily, ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières: « WIPI GROUP USA INC a, par lettre n° Réf : CAV/COM/2/06/15 en date du 25 juillet 2015, exprimé une convoitise et une offre d’achat d’une parcelle sise sur les berges du fleuve en face de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines, pour la construction d’un hôtel de luxe cinq étoiles avec un centre commercial. Par fiche courrier n°2015/MDEAF/2850 en date du 26 juin 2015, transmise à la Direction Nationale des Domaines et du Cadastre (DNDC), le 1er juillet 2015, le Ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières a émis un avis de non objection pour ladite cession et a instruit la DNDC de verser au dossier des demandes de dérogation… ». Le département oublie volontairement et se garde de toute référence WIPI GROUP USA INC. C’est une longue littérature que le département développe sans convaincre, faisant allusion au sommet Afrique France prévu en décembre 2016. « L’hôtel Hyatt a souhaité s’installer sur l’esplanade créée par le décret n°10-401/P-RM du 03 août 2010, déclarant d’utilité publique la construction d’un monument, celui du Cinquantenaire de notre indépendance. Lorsque ce souhait a été exprimé, le ministre des Domaines a saisi la Direction Nationale des Domaines et du Cadastre aux fins de préparer toutes les informations relatives à l’espace indiqué, qu’il s’agisse de celles qui ont trait à ses dimensions, ou de celles qui se rapportent à sa situation juridique ». De Wipi Group Inc à l’hôtel Hyatt, le département nous maintient dans les secrets de la magie du prestidigitateur Bathily, qui seul a le secret de cette diversion, au lieu d’informer sainement le peuple. Qui est derrière la société soudano américaine Wipi, et qui tire les ficelles de cette diversion qui nous conduit dans cette apparition soudaine de l’hôtel Hyatt ?
Ainsi va-t-on transformer la place de cinquantenaire de l’Indépendance du Mali d’utilité publique, un terrain de 03 hectares, 43a, 09ca, objet du décret n°2010-401/P-RM du 03 août 2010, à signifier que l’Indépendance du Mali n’avait plus aucune signification ?
Ce qui est sûr, c’est que la cession de cette place est à l’ordre du jour par les hautes autorités, si ça ne l’est déjà.
Comme si le ridicule ne tuait plus la lettre des avocats de Wipi Group (Hera Conseil) adressé au ministre est assez révélatrice :
Obiet : Transmission d’offre d’achat de parcelle pour la construction d’un hôtel à Bamako.
« Monsieur le Mïnistre, En notre qualité de Conseils de la Société de droit américain WIPI Group Incorporation, nous vous prions de trouver sous ce pli, la demande de convoitise et d’offre d’achat de parcelle de notre cliente, pour la construction y d’un hôtel de Luxe 5 Etoiles Bamako.
Dans I ‘attente des suites que vous voudriez bien réserver à la présente et vous en souhaitant bonne réception,
Nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Ministre, de l’expression de notre considération distinguée… » (demande de convoitise et d’offre d’achat
En date du25 juin 2075). Une lettre du Président WIPIGROU INPC Mr Albino ABOUG précise : « Le coût estimatif de l’investissement de ce projet de développement est estimé à 50 Millions de Dollar Us provenant de fonds propres en partie et d’un accompagnement bancaire, indique cette correspondance du conseil… »
Affaire à suivre.

B. Daou

Source: Lerepublicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *