Bamako accuse Paris d’avoir œuvré à la partition du Mali à travers son engagement militaire

Le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a accusé lundi la France d’avoir œuvré à la partition de son pays à travers son engagement militaire, dans une nouvelle charge virulente devant des diplomates en poste à Bamako.

 

Choguel Kokalla Maïga, chef du gouvernement installé par la junte arrivée au pouvoir à la faveur de deux putschs successifs en août 2020 et juin 2021, s’en est pris à la France durant plus de 45 minutes, devant les diplomates réunis à sa demande à la Primature, sans aller jusqu’à demander explicitement le retrait de la force anti-djihadiste Barkhane conduite par Paris.

“Après (un) temps d’allégresse” en 2013 quand les soldats français ont libéré le nord du Mali tombé sous la coupe de groupes djihadistes, “l’intervention s’est muée dans un deuxième temps en une opération de partition de fait du Mali qui a (consisté dans) la sanctuarisation d’une partie de notre territoire, où les terroristes ont eu le temps de se réfugier, de se réorganiser pour revenir en force à partir de 2014″, a-t-il estimé.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.