AVION PRESIDENTIEL Le Boeing 727 laissé par ATT a connu une maintenance globale en mars 2012

Pourquoi s’entêter à payer un Falcon présidentiel à près de 19 milliards de nos francs, alors que l’avion présidentiel laissé par ATT venait de connaître un lifting (révision générale) tout juste en mars 2012 ? Le Mali dont on dit que « les caisses sont vides » pouvait se passer de cette dépense onéreuse et luxueuse pour mobiliser les ressources vers la satisfaction de la demande sociale de plus en plus pressante.

 

IBRAHIM BOUBACAR KEITA IBK Moncef Marzouki TUNISIE DESCENTE AVION

 
L’avion présidentiel laissé par ATT, un Boeing 727, a été fabriqué en 1984 et déclaré VIP dès son origine. Au départ, il appartenait à la famille de l’ancien président libanais, le président Hariri qui en possédait deux. L’un a été acheté par ATT à 10 millions de dollars et l’autre par le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara, à 20 millions de dollars.
Il faut surtout retenir que cet avion a connu un lifting (une maintenance générale) en mars 2012, le mois même où le stupide coup d’Etat est intervenu dans notre pays. Dans lors qu’il sort des ateliers de révision générale, l’avion est considéré comme neuf et pouvait encore servir pendant plusieurs années, épargnant ainsi une dépense prestigieuse et inutile pour en acquérir un
nouveau, fût-il un Falcon.
D’ailleurs c’est ce même avion qu’utilisait le Président Dioncounda Traoré pendant la Transition. Rappelons que ce Boeing a été d’abord laissé à ATT sous forme de location et c’est Kadhafi qui payait la note pendant cinq ans. C’est par la suite que le Mali s’est décidé à l’acheter au prix de 10 millions de dollars et le paiement s’est effectué sur quatre ans par des traites non avalisées.
Cette facilité de paiement prouve non seulement que le Mali bénéficiait de la confiance de ses partenaires extérieurs, mais que les autorités en place avaient bien négocié l’opération pour doter le président de la République, ATT, d’un avion de commandement sans vider les caisses de l’Etat. Pourtant, le Mali ne vivait pas la situation de sortie de crise que l’on connaît à
présent.
A.D.

 

Sphinx

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.