Au fil du drame de Mina : Le ministre Thierno Diallo en colère contre l’Ortm

Décidément, le torchon brûle entre le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo, et l’Office de radiodiffusion télévision du Mali. La dernière illustration de la bisbille entre le ministre Diallo et l’Ortm remonte au 4 septembre dernier, lorsqu’au terme de la conférence de presse qu’il a animée dans les locaux de son département, Thierno Diallo a refusé une interview à la télévision nationale, au moment même où il se disait prêt à l’accorder à Africable télévision. De sources proches de l’Ortm, il nous revient que la colère du ministre en charge des Affaires religieuses est née de l’interdiction faite à la télévision nationale par les plus hautes autorités de diffuser une précédente interview que le ministre Diallo lui avait accordée. Au fait, des propos  tenus par le ministre auraient été jugés contradictoires avec ceux tenus par le  Président de la République dans son adresse à la nation au sujet de la bousculade meurtrière de la Mecque. Depuis lors, l’Ortm semble devenir  l’ennemi n°1 du ministre Diallo. Ce conflit ouvert aurait même valu à une équipe de l’Ortm d’être abandonnée par la délégation ministérielle qui s’était rendue à la Mecque, quelques jours après le drame de Mina.

thierno hass diallo ministre affaires religieuses culteMACHINES A SOU DANS NOS RUES

Bamako en passe de devenir Las Vegas

C’est un fait anodin qui mérite d’attirer l’attention, les rues de la capitale malienne sont envahies par des machines à sou. Ces machines sont présentes à chaque coin et recoin et même devant des écoles. Elles attirent les enfants qui s’attroupent autour et mettant des jetons de 50 à 100 F Cfa dedans. Comme des machines de casino, ces fameuses boites deviennent le centre d’attraction des enfants. Mais le problème est que le phénomène cultive chez les enfants le goût du gain facile et attire des bandits. C’est ainsi que dans ces milieux, il y a toujours des achoppements entre les gosses, et récemment l’un d’entre eux a failli poignarder son camarade à cause d’une histoire de sou. Les autorités assistent impuissamment à un phénomène qui, s’il n’est pas conjuré rapidement, risque de transformer la capitale en un grand casino à ciel ouvert avec tout ce qui va avec comme banditisme et déperdition des enfants. Même à Las Vegas réputée être la capitale du casino, il y a une réglementation en la matière. Bamako dépasserait-elle Las Vegas ?

 

INCENDIE A L’AEROPORT DE BAMAKO

Un court circuit à l’origine de l’accident

L’après midi du lundi 05 octobre a été particulièrement mouvementé à l’aéroport de Bamako-Senou. Et pour cause : un coffret contenant des disjoncteurs a pris feu lorsque  le trafic aérien était en Veilleuse. Selon nos sources, c’est aux environs de 16heures que les premières flammes se firent voir, créant la panique à l’arrivée B d’où elles émanaient. Mais très vite, les sapeurs pompiers, en poste à l’aéroport, ont réussi à circonscrire l’incendie qui n’a pas fait grand dommage, sauf la grande peur qu’il a suscitée. Chapeau bas pour nos braves pompiers de l’aéroport.

 

INSECURITE A BAMAKO                                                                                                                    Des individus mal intentionnés volent des compteurs électriques ISAGO

Apparemment, le vol est devenu un jeu dans la capitale. Car en plus du braquage de motos et des biens publics, les quidams ont décidé de s’en prendre à la société Edm Sa, en allant soutirer les compteurs Isago dans les domiciles. C’est ainsi que le lundi 5 octobre, des individus ont rendu visite à un de nos confrères au quartier Sarambougou pour lui voler son compteur Isago et cela aux environs de 16h. Le hic est que cela est devenu un effet de mode ces temps-ci. Car l’on dénombre un nombre important de compteur volé en un laps de temps. La vigilance doit être de mise au niveau des domiciles pour ne pas se retrouver dans le noir.

 

 

 

DEBARQUE DU GOUVERNEMENT   

Des policiers prêts à attaquer Sada Samaké devant les tribunaux 

L’homme n’a pas fait l’unanimité au sein des forces de sécurité du Mali et même des hommes politiques, en sa qualité de ministre de la sécurité intérieure et de la Protection civile. Et c’est la raison pour laquelle, un groupe de policiers lui en veulent encore. Ces derniers ont déjà constitué un pôle d’Avocats pour poursuivre l’ex ministre devant les juridictions du pays. Mais, dans le fond, que reprochent ces flics à leur ancien mentor ? Les jours à venir nous édifierons un peu plus sur la question.

 

AXE SOTUBA-MALI LAIT                                                                                                                      

Un tronçon impraticable

Décidément ! Bamako n’a plus de voies qui ne soient jonchées de nids de poule. Presque toutes les routes sont dégradées et la voirie est dépassée par les travaux de colmatage. La route allant du rond point du «3ème pont vers l’usine Mali-Lait est dans un état de dégradation très avancée. Si ce n’est pas les nids de poule qui vous défient, c’est la brume de poussière qui vous empêche d’avoir une bonne visibilité. Obligeant parfois les automobilistes à emprunter la chaussée. Toute chose qui crée de nombreux désagréments surtout au niveau de la devanture de la Direction nationale de la géologie et des mines. Là, un semblant de travaux a été engagé par la voirie, qui malheureusement au lieu d’amoindrir la souffrance, l’augmente au contraire. Car elle déverse des graviers sur la voie après avoir nivelé une infime partie. Le ministre en charge des transports doit se pencher sur le cas de cette route, qui est une voie par excellence de trafic routier très dense dans la capitale.

 

 

VISITE D’ETAT DU PRESIDENT IBK A SEGOU 

Pourquoi le report?

Le président Ibrahim Boubacar Keita devait se rendre dans la région de Ségou du 10 au 14 octobre 2015. Mais du côté du palais de Koulouba, un report est envisagé pour la fin du mois de novembre et début décembre 2015. Même si on tente de justifier cela par le fait du calendrier trop chargé en ce moment du locataire du palais de Koulouba, il demeure qu’il y a anguille sous roche. Car cette date fixée n’a pas été choisie au hasard encore moins sans tenir compte du calendrier du Président IBK. Il y a là quelque chose que l’on cache aux citoyens maliens, car à peine la visite de Sikasso terminée que celle de Ségou doit faire face à un report. Tout ceci présage d’un mauvais signe.

La Rédaction

source : Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *