Assemblée nationale : LES DEPUTES ENTERINENT LE G5 SAHEL ET LE PARLEMENT PANAFRICAIN

Lors de sa plénière du 18 juin, consacrée dans la matinée à des questions orales adressées à deux ministres sur les infrastructures de transport dans la région de Kayes et la qualité des engrais (voir L’Essor du 19 juin), l’Assemblée nationale a aussi adopté deux projets de loi sur six inscrits à son ordre du jour. Les quatre autres ont fait l’objet d’un report.
Le premier projet de loi adopté à l’unanimité des 97 députés présents, est relatif à la ratification d’une ordonnance de février 2015 autorisant la ratification d’une convention portant création du G5 Sahel, adoptée à Nouakchott le 19 décembre 2014 par la Conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel.

 

assemblee nationale depute vote bagadadji
La naissance du G5 Sahel découle non seulement de la crise institutionnelle que le Mali a connue mais aussi des conséquences de l’instabilité de la zone. Elle est l’expression de la volonté manifeste des chefs des différents Etats concernés de prendre en main la destinée de l’espace en vue de l’émergence d’une multitude d’initiatives en faveur du Sahel.
Le G5 Sahel regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Il a pour mission de garantir les conditions de développement et de sécurité dans l’espace des Etats membres, l’amélioration des conditions de vie des populations ; la promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, du développement régional inclusif et durable dans le cadre d’une coopération régionale et internationale mutuellement bénéfique.
Les fondateurs du G5 Sahel estiment qu’il contribuera à la mise en œuvre des actions de sécurité et de développement dans les Etats membres grâce au renforcement de la paix et de la sécurité dans son espace.
Le second texte adopté jeudi par 114 voix pour, aucune contre et aucune abstention, est un projet de loi de ratification d’une ordonnance de février 2015 autorisant la ratification du protocole de l’Acte constitutif de l’Union africaine sur le Parlement panafricain (PAP), adopté par la 23e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, tenue à Malabo en Guinée Equatoriale le 27 juin 2014.
Le protocole relatif au Parlement panafricain a été adopté à Syrte en Libye le 2 mars 2001. Il résulte de l’article 14 du Traité instituant la Communauté économique africaine (CEA), adoptée par 51 chefs d’Etat et de gouvernement à Abuja au Nigeria le 3 juin 1991. Il est aussi né de l’article 17 de l’Acte constitutif de l’Union africaine, adoptée à Lomé le 11 juillet 2000. Sa session inaugurale a eu lieu du 18 au 20 mars 2004 à Addis-Abeba.
Avec cette décision de la représentation nationale, le Mali est le premier Etat à ratifier le protocole de l’Acte constitutif de l’Union africaine sur le Parlement panafricain.
G. A. DICKO

source : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.