Assemblée nationale : députés et société civile se musclent contre la corruption

Sur initiative du National Democratic Institute (NDI) et en partenariat avec le Réseau des parlementaires maliens contre la corruption, un forum entre l’Assemblée nationale et la société civile s’est tenu ce samedi 6 juin 2015 dans les locaux de l’hémicycle sur la lutte contre la corruption au Mali.

C’est le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Mamadou Tounkara, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de ce premier forum d’une série de fora que le NDI envisage d’organiser avec des thématiques différentes à l’intention de nos honorables députés pour renforcer leurs capacités dans l’exercice de leur mission.

Le forum de ce samedi a porté sur la thématique : « Assemblée nationale et la lutte contre la corruption ». Il a été organisé en partenariat avec le Réseaux des parlementaires maliens contre la corruption et avait pour objectif de renforcer les liens entre l’Assemblée nationale et les organisations de la société civile en les amenant à avoir une compréhension commune et partagée sur les questions prioritaires pour le pays.

Une centaine de participants composés de députés et des membres d’organisations de la société civile ont pris part au présent forum dont les communications présentées étaient : états généraux sur la corruption : présentation des résultats et points de la mise en œuvre des recommandations ; présentation de la synthèse des rapports 2013 et 2014 du Bureau du vérificateur général ; la transparence dans la gestion budgétaire et des industries extractives au Mali ; le plan d’actions du Réseau malien des parlementaires contre la corruption.

assemblee nationale depute vote bagadadji

A travers ces communications, il s’est agi d’identifier les manifestations, les causes, les conséquences et les stratégies de lutte contre la corruption ; aider le Réseau des parlementaires maliens pour la lutte contre la corruption à renforcer le contrôle parlementaire en la matière ; renforcer le plan d’actions du Réseau à renforcer le contrôle parlementaire ; renforcer les capacités du parlement dans le domaine législatif et de contrôle de l’action gouvernementale en termes de réforme et dans la gouvernance.

A l’ouverture des travaux, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Mamadou Tounkara, a souligné que la thématique est très importante pour les pays en voie de développement comme le nôtre, confrontés à des problèmes de mobilisation de ressources internes pour faire face au développement général et la réduction de la pauvreté. ‘’Le Mali peut-il croiser les bras face à ce fléau dont la dangerosité vient d’être démontrée par les rapports du Bureau du vérificateur général ?’’, s’interroge le 1er vice-président de l’institution parlementaire.

Le président du Réseau des parlementaires maliens contre la corruption, l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia a expliqué que la corruption est un phénomène en constante progression qui préoccupe la communauté nationale, sous-régionale et internationale. Et les parlementaires africains ne sont pas en reste dans la lutte contre le fléau. Eux qui ont dédié une structure au fléau dénommée APNAC dans laquelle le Mali porte le mandat de l’Afrique de l’Ouest.

Pour le directeur résident du NDI au Mali, Dr. Badié Hima, « la corruption est un fléau qui n’épargne personne et dont les effets néfastes se font d’abord et surtout sentir sur les couches les plus pauvres de la population qui composent la majorité de nos concitoyens ».

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.