Assemblée nationale : Chato frappée d’ostracisme

Mme Haïdara Aïchata Cissé dite Chato, députée élue à Bourem, est de plus en plus frappée d’ostracisme, à l’Assemblée nationale.

 aichata haidara cisse honorable depute assemblee nationale

Le nouveau bureau dirigé par Issiaka Sidibé ne veut pas entendre parler de cette brave dame, qui a montré ses compétences à l’Hémicycle de par ses interventions pertinentes et aussi au niveau de la diplomatie parlementaire où elle s’est tissé un réseau de relations notamment au Parlement européen sur lequel elle s’est toujours appuyée pour défendre le Mali dans l’épineuse question du Nord. Elle a même effectué, à ses frais, un déplacement au Sénat américain pour plaider en faveur des victimes de la rébellion.

Au plus fort de la crise, c’est bien elle qui est montée au créneau pour apporter la contradiction au MNLA, dans les médiats français. Au prix de sa vie, elle a craché ses quatre vérités aux bandits armés de Kidal. Ce n’est pas tout. En compagnie d’Assarid Ag Imbarcawane, Chato a fait du lobbying pour éviter une sanction du Parlement européen au Mali, c’était à Strasbourg, en France.

Bref, elle a fait preuve d’engagement, de patriotisme et de don de soi pour que les thèses des rébelles ne triomphent pas sur la réalité. Malgré tout, la nouvelle Assemblée ne veut pas la sentir. Elle a commencé d’abord à la casser financièrement en lui retirant l’émission de billets que son agence effectuait au temps de Dioncounda Traoré pour les missions parlementaires. Ensuite, elle participe de moins en moins aux missions de l’Assemblée nationale.

Récemment, elle a été mise à l’écart pour une mission au Congo Brazzaville où tout le monde sait qu’elle a de bonnes relations avec les autorités de ce pays. Il y a eu plusieurs cas où l’on ne veut pas sentir Chato parce que sa présence « gêne ». Le dernier en date est la désignation d’Aïcha Belco Maïga, députée de Tessalit, au détriment de Chato, élue de Bourem, pour représenter l’Assemblée nationale au niveau des négociations d’Alger. Celle que l’Assemblée a désignée a tous ses neveux et parents dans la rébellion. Comment pourra t- elle défendre sincèrement les intérêts de l’Etat malien ? Elle ne pourra que faire l’entre deux chaises, dans le meilleur des cas.

Voilà l’ostracisme dont est victime Chato, parce qu’elle ne plait pas aux responsables de l’Assemblée nationale, on la met à l’écart, d’une manière discriminatoire. Un député nous raconte : « Il semble que dès qu’elle se trouve dans un groupe, tous les regards se tournent vers elle, les autres sont quantité négligeable. Elle est donc victime de sa forte personnalité ».

Chahana Takiou

SOURCE: 22 Septembre
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.