Arrivée des médiateurs de la Cedeao : Une chance pour le dialogue au Mali

Une mission de médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest est dans nos murs depuis hier après-midi,  pour tenter de trouver une issue favorable à la crise sociopolitique que nous traversons depuis quelques semaines

 

Conduite par l’ancien président nigérian, Goodluck Jonathan, elle est composée de personnalités de premier plan de l’Organisation sous-régionale, comme Kalla Ankourao, ministre nigérien des Affaires étrangères et président du conseil des ministres de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cedeao…  Et de plusieurs présidents des Cours constitutionnelles de la sous-région pour aider à remettre en place la Cour constitutionnelle du Mali, dissoute par le chef de l’État en guise de main-tendue aux contestataires.

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, était à l’aéroport international Modibo Keïta de Sénou pour accueillir les émissaires du président nigérien, Mahamadou Issoufou, président en exercice de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao. Goodluck Jonathan et sa délégation savent leur mission complexe, mais pas impossible. «Si chacun s’y met, on trouvera une solution», a confié l’ancien président nigérian, à sa descente d’avion.

La mission écoutera aujourd’hui plusieurs acteurs et structures concernés par cette crise : les responsables du M5-RFP, les candidats «spoliés de leurs victoires», la société civile, la majorité présidentielle, la Cour suprême, le ministère de l’Administration territoriale… Ainsi, entend-elle cerner les préoccupations des uns et des autres pour proposer des pistes de solutions devant éviter la déstabilisation des institutions d’un pays qui fait déjà face à une grave crise sécuritaire.

La tâche s’annonce ardue pour les envoyés de la Cedeao qui débarquent à Bamako dans une situation très tendue. Les contestataires campent sur des positions maximalistes depuis le vendredi dernier avec le lancement de la désobéissance civile qui s’est traduite par des scènes de pillage et des pertes en vies humaines. Des responsables du M5-RFP avaient été interpellés, puis relâchés. Signe d’ouverture au dialogue du président Ibrahim Boubacar Keïta qui a également abrogé les décrets de nomination des membres restants de la Cour constitutionnelle. Sur cette dernière question, l’appui de la mission de la Cedeao est attendu.

L’organisation communautaire ouest-africaine avait déjà envoyé une mission ministérielle à Bamako du 18 au 20 juin 2020. Après avoir écouté tous les acteurs politiques, celle-ci a émis une série de propositions, notamment la tenue des élections législatives partielles dans les circonscriptions où les résultats ont fait l’objet de contestations et la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Issa DEMBÉLÉ

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *