Arcane politique : Mamadou Igor Diarra et alliés à l’URD pour la continuité du combat de Soumaïla Cissé !

Le parti Mali En Action (MEA), cette formation politique qui a soutenu la candidature de l’économiste Mamadou Igor Diarra, avec à sa tête ce dernier, a rejoint le parti de la poignée de main, l’URD. Cette décision, selon le porte-parole de l’URD, Me Demba Traoré, honore le défunt Soumaïla Cissé.

Un poids lourd, un économiste hors pair Mamadou Igor Diarra, c’est ce cadre que l’URD vient d’enregistrer en son sein après le décès de son président. Il n’est pas le seul à intégrer l’URD, il l’a fait avec son parti, le Mali En Action (MEA). Dans la lettre adressée au bureau national de l’URD, le président du MEA a évoqué ses liens avec l’URD : « Le Jeune Parti Politique MEA créé en 2018 et les Associations des Amis de Mamadou Igor Diarra sont arrivées sur la scène politique au cours de la même année. Au début et pendant son jeune parcours le MEA a régulièrement bénéficié des conseils et surtout du soutien de l’URD à travers les multiples parrainages dont notre candidat avait bénéficié mais le MEA a aussi été présent à toutes les rencontres et batailles initiées par le Président de l’URD, notamment la première plateforme politique créée à l‘époque à laquelle nous avions adhéré à son invitation et les inoubliables marches démocratiques de 2018 auxquelles avions ensemble participé ». Ensuite, la similitude des visions entre les deux partis a été rappelée dans la lettre.

Pour ce jeune parti politique, les multiples difficultés du pays demandent à ce que les conditions soient créées pour « un sursaut et sortir le Mali de son état clinique par un grand rassemblement désintéressé au sein des partis a présence géographique majeure mais aussi en partenariat avec d’autres partis, les plus jeunes devant aller par devoir vers les plus anciens et les mieux implantés ».

L’adhésion à l’URD, une manière d’honorer la mémoire de Soumaïla Cissé et perpétuer son combat

Soumaïla Cissé, celui-là qui était l’espoir des millions de Maliens s’en est allé pour toujours. Mais avant de rejoindre ses aïeux, il a fondé un grand parti et avait un projet ambitieux pour un Mali meilleur. Le porteur de ce projet, après lui, c’est bien son parti. Donc pour le MEA, la meilleure manière d’honorer Soumaïla Cissé. « Nous nous sommes dits que la meilleure manière pour nous d’honorer sa mémoire est de se joindre à ses héritiers politiques en dépassant le stade d’un simple partenariat, cela pour poursuivre son combat politique, celui pour le Mali, le vôtre et aussi le nôtre : faire vivre ses ambitions avec évidemment ceux qui lui ont été les plus proches. Cela, j’ai mandat ferme de le répéter au nom du président d’honneur, devant vous solennellement je le répète. Sans aucun calcul ni conditions.

C ‘est aussi pour toutes les raisons évoquées supra », a déclaré le président du MEA, Moussa Koné. Pour lui, l’URD est la famille des idées et des actions concrètes.

La décision de Igor et alliés bien accueillie à l’URD

L’adhésion de Mamadou Igor Diarra et alliés à l’URD a été saluée à sa juste valeur. Pour Me Demba Traoré, porte-parole du parti de la poignée de main que nous avons joint, Mamadou Igor Diarra et alliés, à travers cette décision, ont honoré la mémoire de l’honorable Soumaïla Cissé. Aussi, a-t-il réitéré l’engagement de l’URD à poursuivre le combat de son défunt président. « Nous demandons au peuple URD à avoir confiance aux dirigeants. Nous demandons à tous de redoubler les efforts pour continuer le combat de notre défunt président », a indiqué Me Demba Traoré.

Cette adhésion de Mamadou Igor Diarra et consorts est un grand plus pour le parti URD.

Boureima Guindo

Cela se passe de tout commentaire ! Car, la mairie de la commune urbaine de San est secouée par un scandale qui les plus avertis à se poser la question de savoir comment la cupidité peut amener nos cadres sensés incarner les vertus de probité, d’honnêteté, d’intégrité… à inscrire leurs actions dans des pratiques qui violent tous les principes d’orthodoxies en matière de gestion des affaires publique les poussant ainsi à bousculer les limites du tolérable.

En effet, sur la base d’une dénonciation anonyme relative à la confection et à l’émission de fausses quittances de trésor par un réseau entretenu par certains cadres de la mairie de la commune urbaine de San, la Brigade d’investigations du Pôle Economique et Financier de Bamako a aussitôt diligenté une enquête afin d’en savoir davantage sur cette dénonciation.

A l’issue des premiers éléments, le constat était sans appel, les enquêteurs ont conclu qu’il existe effectivement un réseau de confection de fausses quittances du trésor public. Ainsi, une fois confectionnées celles-ci sont utilisées pour effectuer les recouvrements en lieu et place des vraies quittances imprimées par la Direction nationale du Trésor.

Selon nos indiscrétions, l’enquête a aussi révélé que cette pratique était en cours depuis 2010. Toujours selon les premiers éléments de l’enquête, les soupçons pèsent sur plusieurs personnalités de ville de Santoro ni Karatela notamment l’actuel maire, Félicité Diarra, le Régisseur de la mairie, Synali Tieba, l’ancien maire, Sine Traoré et l’ancien président du GIE Dallan, Bourama Berthé qui ont tous été auditionnés par le Pôle Economique et Financier de Bamako. Pire, de l’avis des spécialistes, ces fausses quittances confectionnées et émises ont fait perdre au trésor public plus de quatre milliards FCFA dans la circonscription de San.

De sources proches du dossier, les enquêteurs de la Brigade d’investigations se sont penchés également sur la question lancinante des dénonciations relatives à la gestion des affaires foncières des autorités communales de San. Ainsi, les enquêteurs ont constaté qu’un espace de plus de 10 hectares situé à Térékoungo, un quartier de San, avait été loti et attribué dans des conditions très floues et en violation de toutes les règles procédurales de gestion des affaires foncières et du Code des collectivités territoriales.

Les enquêteurs restent déterminés à faire toute la lumière sur cette affaire qui occasionne des saignées le Trésor public afin de démanteler les réseaux similaires implantés au sein des collectivités territoriales des autres localités de notre pays.

Nous y reviendrons !

Mama PAGA 

Source: Journal le Pays- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.