Après la proclamation des premières tendances : Le FDR en ébullition

Les responsables de l’organisation ont ses propres chiffres qui contredisent ceux du ministre Moussa Sinko Coulibaly, accusé d’être en train de préparer le pays pour un hold-up électoral.Front Uni pour la Sauvegarde de la Democratie et de la Republique conference presse soumaila cisse jemaille bittar modibo sidibe dramane dembele presidentielle resultat second tour premier fraude

Immédiatement après la proclamation des premières tendances de la présidentielle du 28 juillet, par le ministre de l’Administration territoriale de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, nous nous sommes intéressés aux états-majors des partis du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR) qui, il faut le dire, constitue la grande victime des chiffres avancés par le chef du département, le colonel Moussa Sinko Coulibaly.

Le sentiment général qui se dégage est que le ministre ne s’est pas comporté en acteur neutre dans la proclamation de ces résultats.

C’est au niveau de l’Union pour la République et la démocratie (URD) dont le candidat Soumaïla Cissé est un sérieux prétendant au fauteuil présidentiel que la colère est très vive. Le mandataire national du candidat, Mamadou Diawara explique que les choses étaient jouées d’avance, en témoignent les nombreuses violations de la loi lors du dépouillement au niveau du département.

M. Diawara est même formel dans le démenti apporté aux chiffres du ministre. Pour lui, le dépouillement est plutôt à 12,61% au lieu du tiers indiqué par le ministre Moussa Sinko Coulibaly. Il a ajouté que le candidat Ibrahim Boubacar Kéita est en tête dans 26 juridictions de l’extérieur sur 41, mais qu’après analyse il a été constaté qu’il y a anguille sous roche.

« Nous savons comment est organisé le réseau de la magouille au niveau de ces juridictions. L’administration territoriale est arrivée à ses fins », a-t-il ajouté.

Pour Amadou Koïta du Parti socialiste Yélékura, la sortie du ministre vise à proclamer voire imposer le candidat Ibrahim Boubacar Kéita. A en croire M. Koïta, c’est le plan machiavélique longtemps dénoncé par le FDR qui est vraiment en marche.

Le président du Parti socialiste Yélékura de demander la démission pure et simple du ministre de l’Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, et la mise en place d’une commission qui prendra en charge le dépouillement des résultats.

Pour Amadou Koïta, pas question de reconnaitre les résultats si la réalité des urnes n’est pas respectée. Il ajoute que le ministre Moussa Sinko Coulibaly n’a pas respecté le peuple malien quand il a refusé de donner des chiffres après le dépouillement, selon lui-même, de 33% des suffrages.

Du côté de l’Umam, Jeamille Bittar préfère s’en remettre à la Cour constitutionnelle. Il dit attendre aussi que les chiffres soient donnés avant de se prononcer.

A l’Adéma, le candidat n’a pas daigné réagir pour l’instant. Il préfère attendre que le FDR se prononce aujourd’hui. Cette organisation s’est réunie hier et a décidé de proclamer ses propres résultats. Selon un membre de l’Adéma, qui a préféré garder l’anonymat, le ministre n’est plus dans son rôle quand il va jusqu’à exclure un second tour alors que selon lui-même on en est à 33% du dépouillement.

Au Parena de Tiébilé Dramé, Djiguiba Kéita alias PPR indique que son parti souhaite bonne chance au vainqueur et prie pour le Mali.

 

Abdoulaye Diakité

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *