Après deux ans passés à la tête du Mali: Le président IBK à bout de souffle

C’est du moins, le constat qui a été fait par le chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé, au cours d’une rencontre avec les medias le week-end dernier. Dans un style direct, le leader du parti de la poignée de mains a fait un diagnostic sans complaisance de la situation actuelle du Mali qui n’augure pas de lendemains meilleurs. Les problèmes brûlants de l’heure auxquels le président peine à apporter une solution, selon l’honorable Soumaila Cissé, sont l’insécurité, la corruption, la gestion familiale du pouvoir.

honorable soumaila cisse depute assemble nationale chef opposition urd discours

C’est surtout au sujet de l’insécurité  qui s’est déplacée du nord vers le sud que l’honorable Soumaila Cissé a tiré à boulet rouge sur le vieux lion de Sebeninkoro. Pour, l’honorable Soumaila Cissé, cette insécurité rampante est due au sous équipement de l’armée malienne. Une armée qui, selon le natif de Niafunké,  a subi les dommages collatéraux du scandale de la surfacturation  qui a secoué un temps le département de la défense.

Pour prouver ce sous équipement de l’armée régulière, une projection de film a eu lieu où on voit des militaires maliens en patrouille en plein  désert sur des motos Sanili. Interrogés, ils affirment qu’ils manquent cruellement de moyens notamment de  véhicules tout terrain pour bien traquer les terroristes d’AQMI qui ont fait du nord du Mali le sanctuaire du terrorisme.

Même, pour déloger  les preneurs d’otages de l’hôtel Byblos de Sevaré, il a fallu faire appel aux avions de la MINUSMA pour acheminer les soldats du GIGM, l’unité d’élite de la gendarmerie, a-t-il regretté. L’URD, par la voix du chef de file de l’opposition, a rappelé au président de la république qu’on ne combat pas un ennemi par des tenues correctes et rutilantes   Ce qui signifie en clair, selon le chef de file de l’opposition, que le Mali vit avec un seul mot au quotidien : la désillusion.

Et la population de Kidal vit loin du pouvoir central. Cette situation inacceptable que vivent les populations de Kidal, selon le chef de file de l’opposition, est la conséquence logique de la politique belliqueuse du pouvoir actuel. Sinon le problème du nord a été presque résolu par les accords de Ouagadougou, lesquels  accords   avaient permis le redéploiement de l’armée et de l’administration. Mais par ses maladresses, il a fait voler en éclats cet acquis.

L’honorable a aussi chargé le gouvernement par rapport aux récents événements d’Anefis. Faut-il le rappeler que cette localité stratégique qui ouvre le chemin de Kidal a été conquise par la plateforme. Mais elle a dû battre en retraite sur insistance du chef de l’Etat qui  a capitulé devant la CMA qui a aussitôt réoccupé les lieux. Et pour marquer son indignation le gouvernement s’est juste contenté  d’un simple communiqué.

Les autres scandales qui ont rendu le Malien lambda encore plus sceptique sont les conditions de l’acquisition du Boeing 737, l’avion de commandement du président IBK. A ce niveau, le scandale a été tel que, selon l’honorable Soumaila Cissé, les bailleurs ont fermé le robinet pour en savoir plus. Les auteurs de ce scandale financier ont même eu des promotions,  a regretté Soumaila Cissé.

Il s’est aussi indigné quand il a appris  que des ministres de la République ont bénéficié des logements sociaux. Cela est une insulte pour le peuple malien. Certes certains ministres se sont fait distinguer par le nombre de casseroles qu’ils trainent mais de là à se comporter comme des cas sociaux cela est le comble du ridicule, a regretté Soumaila Cissé. L’affaire des engrais frelatés n’a pas été occultée par l’honorable Soumaila Cissé.

Pour lui, le premier or du Mali c’est d’abord la terre. La terre est la  sève  nourricière d’un pays. Les coupables de ce scandale sont connus mais ils se baladent sans crainte. Le président de la république a reconnu lors de la présentation de vœux qu’il ya trop de retro-commissions, trop de dérives ça suffit. L’URD a  rappelé aussi  au pouvoir qu’on ne change pas la situation économique d’un pays par des mots et des incantations.

Par rapport à l’accord d’Alger,  le chef de file de l’opposition  n’a pas été non plus tendre avec le pouvoir. A en croire l’honorable Cissé, les déclarations du président : « les choses bougent, la mise en œuvre  d’un accord n’est pas facile, mais nous sommes tous décidés à concrétiser ses engagements  tout le monde est conscient qu’il faut hâter les choses » sont des propos de capitulation de la part du pouvoir. Enfin pour résoudre les problèmes actuels du pays, le chef de file de l’opposition appelle le pouvoir à abandonner sa rhétorique et à se mettre à l’écoute du peuple.

Badou S. Koba            

Source: CARREFOUR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *