Amadou Thiam, président du parti ADP-Maliba : « Nous ne sommes pas un parti dans lequel, un culte de la personnalité entoure le premier responsable…

L’Alliance Démocratique Pour la Paix (ADP- Maliba) a organisé, le samedi 3 septembre dernier à son siège, une cérémonie marquant la rentrée politique du secrétaire politique dudit parti, M. Cheik Oumar Diallo. C’était sous la présidence du président du parti, l’honorable Amadou Thiam, en présence de plusieurs membres du comité exécutif, des députés du parti, des présidents des coordinations régionales,  des membres du bureau des jeunes et des femmes du parti.

amadou thiam adp maliba

Cet évènement avait pour thème « retour aux fondamentaux de notre engagement politique ».

Dans son discours  d’ouverture, l’honorable Amadou Thiam, président du parti, a fait savoir que l’objectif de cet évènement  est de valoriser les cadres du parti.  Selon lui, Cheick Oumar Diallo est un homme très engagé qui a su faire preuve de beaucoup de sacrifices pour soutenir les actions du parti.

Le député de la commune V a indiqué que son parti est composé d’hommes et de femmes de toutes les sensibilités et qu’il était important de les mettre en avant.

« Nous ne sommes pas un parti dans lequel un culte de la personnalité entoure le premier responsable, nous voulons démontrer que nous avons de nombreux talents », a-t-il laissé entendre. Avant de poursuivre que le parcours de Cheick Oumar Diallo et son engagement aux côtés des populations de la commune V sont sans  ambiguïté.

Pour sa part, Cheick Oumar Diallo s’est prononcé sur le bilan des trois ans d’IBK au pouvoir.  En trois ans de gouvernance dit-il, il ne reste plus que du désespoir. C’est pourquoi, selon lui, il est grand temps pour la majorité et l’opposition de se remettre en question.

« Je salue les militants de l’ADP-Maliba  pour leur retrait de la majorité. En faisant ce choix, les militants ont indiqué leur volonté  d’un  changement dans la gouvernance. Les Maliens sont déçus et ont l’impression d’ètre  spectateurs de l’effondrement de la nation. C’est à nous de  leur redonner l’espoir car le désespoir est dangereux », a-t-il souligné. Avant d’appeler les  jeunes et les femmes à s’imposer au Mali en rejoignant l’ADP-Maliba.

« Il est temps de gérer nous-mêmes, jeunes, notre pays, car le Mali est en péril et rien ne peut redresser la barre  à part notre  action collective », a-t-il conclu.

Nouhoum Koné

Source : Tikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *