AMADOU BA : UN MAGISTRAT GARANT DE L’INDÉPENDANCE ET DE LA NEUTRALITÉ DE LA CÉNI

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) est présidée depuis l’année dernière par Amadou Ba. Portrait d’un magistrat respecté par ses pairs et les justiciables.

Magistrat de classe exceptionnelle, Amadou Ba est une figure emblématique du mouvement associatif malien. Il représente le Syndicat autonome de la magistrature (Sam).

Né le 30 avril 1955 à Markala à 35 km de la ville de Ségou, Amadou Ba débute sa scolarité à l’Ecole fondamentale de Niono avant d’atterrir au lycée Bouillagui Fadiga où il décroche avec brio son baccalauréat. Il s’inscrit ensuite à l’Ecole nationale d’administration d’où il sort en 1983 nanti d’une maîtrise en sciences juridiques. Il obtient la même année son diplôme du Centre national de formation des magistrats. Commence alors pour lui une riche carrière de juge.

Amadou Ba devient tour à tour juge de paix à compétence étendue de Barouéli (Ségou), de Bourem (Gao) avant de poser ses valises à la Section V du Tribunal de première instance de Bamako comme juge d’instruction. Puis juge d’instruction 2e cabinet du Tribunal de première instance de la Commune III du district. Très vite, le patron de la Céni gravit les échelons en devenant président du Tribunal de première instance de la Commune IV puis celui de la Commune VI de Bamako.

Il quitte encore la capitale pour se retrouver dans la Cité des rails où il est conseillé à la Cour d’appel de Kayes. Requinqué à bloc, Amadou Ba est nommé conseiller à la Cour d’appel de Bamako avant d’hériter en 2010 de la présidence de la Chambre d’accusation de Bamako. Le 13 août 2015, il est nommé président de la Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Bamako.

Spécialiste dans la répression de la délinquance financière et économique, il est membre fondateur du Syndicat autonome de la magistrature (Sam). L’enfant de Markala a été élu à trois reprises (1992-1995), (2007-2010) et (2013-2016) membre du Conseil supérieur de la magistrature. Auparavant de 2004 à 2014, il a siégé au Conseil économique social et culturel et représenté le Mali au Conseil économique social et culturel de la CEN-Sad pendant deux mandatures.

Membre de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), il est également militant de l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH). Le président de la Céni est également membre du Comité national de suivi, de plaidoyer pour le projet de protocole additionnel à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits de la femme (Réseau CADNP-Wildaf-DCF-Ceci). Président de l’Association pour la défense et l’assistance des consommateurs du Mali (Adac-Mali) depuis 2001, il est membre de l’ONG Social Alert.

Intègre, compétent, très attaché aux principes de transparence et de rigueur, Amadou Ba dont la bonne réputation dépasse de loin les frontières maliennes, est bien dans son rôle d’arbitre à la tête de la Céni, une structure dont il maîtrise les rouages pour avoir été président de la Commission électorale régionale du district de Bamako (Céni-CER) pendant les élections générales de 1997.

Marié, le président de la Céni est père de 6 enfants.

 

Les autres membres de la Céni

Diadié Sogoba, 1er vice-président (Parena)

Me Moctar Mariko, 2e vice-président (AMDH)

Massa Sogoba, 3e vice-président (parti Sadi)

Alhousseini Abba, 4e vice-président (Codem)

Amary Traoré, 5e vice-président

Mamadou Maïga assume les fonctions de 6e vice-président

Oumar Kanouté, 7e vice-président (PRVM/Fasoko)

Dr. Befon Cissé, 1er questeur

Me Moriba Diallo, 2e questeur

Nanzié Christophe Coulibaly, 1er rapporteur

Mme Diané Mariam Koné, 2e rapporteur

H.Koné (avec le journal Le Challenger)

 

Source: Koulouba.com

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *