Alltercation à l’assemblée nationale : Le président Issaka échappe de peu à l’humiliation par le député Adéma

«Personne ne peut cacher le soleil avec la pomme de sa main». C’est clair et net, la tension est au comble au sein de l’Alliance pour la démocratie au Mali, parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma Pasj). Entre, d’une part les rénovateurs plus nombreux et les renégats. La raison fondamentale est la gestion opaque qu’imposent certains hommes sans scrupule. C’est dans cette atmosphère qu’est née une altercation houleuse entre le président de l’Assemblée nationale Issaka Sidibé et son 4ème vice-président Hamada Soukouna, élu Adéma à Yélimané.

 issiaka sidibe president  assemblee nationale mali depute

Pour préserver leurs intérêts personnels, ils étaient quelques vieux briscards du parti à forcer les mains d’IBK afin qu’il les rencontre. C’était en début de semaine.

Alors que des députés du parti, nous dit-on, à la suite d’une prise de bec entre le 4ème vice-président de l’Assemblée nationale Hamada Soukouna (Elu à Yélimané) et le président de l’Assemblée nationale Issaka Sidibé ont violemment blâmé M. Sidibé. Ils lui auraient craché toutes leurs vérités. Puisque M. Sidibé a refusé à l’élu de Yélimané d’aller au bout de ses idées. Très choqué par cette attitude peu orthodoxe, l’honorable Soukona aurait bien savonné le président. « Vous vous croyez un supérieur, sachez que nous avons tous été élus par nos populations. Vous êtes devenu président de cette auguste assemblée par effraction sinon vous n’avez aucun mérite pour cela…« , aurait dit M. Soukouna. Cette goûte a, semble-t-il, fait déborder le vase. Car, le président très choqué et remonté a suspendu la séance. Que reproche Soukouna à Sidibé ?

Les députés Adéma très remontés ne cherchent qu’une opportunité pour claquer la porte de la majorité encombrante. Où, semble-t-il, il y a très peu de sérieux. C’est pourquoi, profitant de cette situation (Soukouna parlait d’électrification de sa préfecture), Amada a dit au président de ne pas minimiser les gens. Il est allé jusqu’à vouloir lui porter la main. Car, Issaka, selon lui, fait passer ce qui lui plait et censure tout ce qui dérange le pouvoir IBK. Oubliant qu’ils ont été élus pour défendre les intérêts de leur contrée.

Qu’à cela ne tienne, depuis les dernières élections (présidentielle et législatives), l’Adéma Pasj est tombé en disgrâce. Le parti ne sait plus ce qu’il veut. Il tergiverse sur toute la ligne.

C’est dans cette atmosphère quelque peu délétère que contre leur propre volonté, de nombreux députés ont rejoint le camp de la majorité présidentielle. Pour autant, que la politique soit sans saveur ni odeur, certains hommes préservent toujours leur dignité. C’est ainsi que les Iba N’Diaye et quelques hommes ont affiché leurs ambitions de rester en marge du jeu concocté par les renégats comme Tiémoko Sangaré, un revenant aux ambitions démesurées. Depuis lors, plusieurs dates ont été fixées et faussées pour la tenue des assises du 5ème congrès ordinaire du parti. Car, les violons ne sont accordés nulle part.

Alors, étant avec le Rpm dans une majorité hétéroclite, les députés Adéma attendaient certainement une occasion pour sortir leur gong. L’occasion leur a été donnée par le président de l’hémicycle Issaka Sidibé. Ce dernier, se croyant au-dessus de la mêlée certainement, aurait agi malencontreusement contre le 4ème vice-président de l’assemblée et député Adéma. Créant du coup le clash qui se profilait à l’horizon. A partir de cet événement, les uns et les autres s’impliquent pour désamorcer la bombe. Pourront-ils ?

En attendant que les choses rentrent définitivement dans l’ordre, il faut signaler que l’heure est à la méditation à tous les niveaux.

Boubacar DABO

Source: Zénith Balé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.