Adhésion à l’accord politique de gouvernance : L’ADP-Maliba se justifie.

Beaucoup ont critiqué sur la toile, pour son adhésion à l’accord politique de gouvernance, le parti ADP-Maliba, arrivé troisième à la dernière présidentielle. C’était à l’occasion d’une conférence de presse que le parti a organisée à son siège, ce jeudi 02 Janvier 2020 en présence de plusieurs cadres du parti.
En effet, l’adhésion du parti ADP-Maliba à l’accord politique de gouvernance, signé le 30 Décembre 2019, a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Si beaucoup y voyaient comme une auto-invitation à la « mangeoire », les dirigeants du parti expliquent plutôt l’acte de « patriotisme ».
Au Présidium de cette conférence de presse, le Président Youba Bah accompagné par le Secrétaire Général du Parti M. Abdoulaye Sidibé pour défendre la nouvelle position du parti. Pour les responsables d’ADP-Maliba, le parti est bien en cohérence dans ses actions : « Notre candidat à la dernière présidentielle Aliou Diallo avait plaidé pour un dialogue national depuis le 22 Septembre 2018. En toute logique, nous devons donc prendre part au dialogue national inclusif, car nous l’avons réclamé » a laissé entendre Youba Bah. «Nous avons pris part au dialogue national inclusif pour défendre notre position sur la situation du pays. Toutes nos préoccupations ont été prises en compte. Et c’est en toute logique que nous avons signé l’accord politique de gouvernance, au nom du Mali car nous voulons faire partie du comité de suivi évaluation des résolutions et recommandations issues du dialogue pour l’application de nos propositions. Il n’y a donc aucune incohérence dans notre ligne de conduite. Nous avons signé l’accord politique pour notre parti et pour le peuple » a clarifié le Président du parti ADP-Maliba.
Au cours de cette conférence de presse, le Président Youba Bah a rappelé les consignes données aux militants du parti lors du dialogue national inclusif. Il s’agissait entre autre : la révision de l’accord de paix issu du processus d’Alger, la révision de la constitution seulement après le redéploiement de l’armée et de l’administration sur toute l’étendue du territoire national ; mis en œuvre des recommandations du dialogue, institutionnalisation d’un système d’évaluation de la performance individuelle et collective des agents publics, l’instauration d’une justice équitable, sanctionner tout cas de détournement de derniers publics.
Pour rappel, le parti ADP-Maliba est arrivé 3ème au dernier scrutin présidentiel. Et son premier Président, actuel ministre Amadou Thiam et le premier secrétaire général du parti M. Sory Ibrahima Traoré ont été exclus du parti lors de son dernier congrès. Le parti reprochait à ces deux personnes de s’être rangées du côté du pouvoir étant parti politique de l’opposition.
Boubacar Kanouté

Figaro du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *