Accusations graves du député Bathily

Lors de la séance consacrée à la demande de motion de censure de l’opposition parlementaire contre le Premier ministre Moussa Mara, le député O .Bathily est allé jusqu’à affirmer implicitement que le candidat malheureux de l’URD à la présidentielle de 2013 a fait des malversations au niveau de la commission de l’UEMOA et promis aux groupes armés du Nord qu’il leur accorderait l’autonomie en cas de victoire.

 Deputes assemblee nationale mali bagadadji

M. Bathily est certainement dans les secrets de Dieu pour être convaincu que Soumaila Cissé a fait des malversations alors même qu’il a été félicité pour son passage à l’UEMOA. Par ailleurs, Soumaila Cissé a toujours clamé publiquement qu’il ne serait pas question d’autonomie s’il était élu. Alors ou sort-il ces informations ?

M.Bathily devrait savoir qu’en homme responsable, il est des choses qu’on doit se garder d’avancer sans preuves. Quant à Soumi, ce serait de bonne guerre s’il portait plainte contre son collègue, rien qu’en exigeant le franc symbolique et pour rétablir son honneur. Car ne l’oublions pas, nous sommes dans un pays à majorité analphabète ou ce qui est dit publiquement ou sur les médias (radio-TV surtout) est considéré à tort comme de l’argent comptant.

Suspension des maires du District et de la commune I : Un avertissement aux élus communaux ?

Le gouvernement a suspendu pour trois mois les maires du District, Adama Sangaré, et de la commune I, Mme Konté Fatoumata Doumbia. Cette suspension est liée aux graves inondations de 2013 à Bamako ayant fait près de 50 morts (entre 45 et 47) en commune I et IV. A priori ces sanctions sont encourageantes rien que pour leur caractère pédagogique. En revanche il ne faudrait pas que derrière ces sanctions se cachent des motivations politiciennes, comme l’a affirmé le maire de la commune I qui pense être victime d’une chasse aux sorcières depuis qu’elle aurait décidé de ‘’rester définitivement à l’Adema’’. Par ailleurs, ajoute-t-elle, ces mesures qui interviennent à quelques mois des élections communales viseraient à l’écarter d’une course à laquelle d’ailleurs elle ne s’apprêterait pas à prendre part. Quant à Adama Sangaré, il n’a fait aucun commentaire, (à notre connaissance) sans doute à cause des nombreuses affaires dans lesquelles il est toujours cité. Dans tous les cas, il faudrait aller au-delà des simples sanctions administrées, et conduire l’enquête à terme et prononcer les condamnations qui s’imposent. Pour honorer la mémoire des victimes et montrer aux autres élus communaux véreux que l’ère de l’impunité a vécu. Sauf que sur ce dernier point, il est difficile de combattre les autres au moment ou l’on est soi-même empêtré dans des scandales à répétitions.

La Rédaction

Source: Le Point

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.