3è congrès extraordinaire du Parena : UN TON TOUJOURS ACERBE

Ouvert samedi, le 3è congrès extraordinaire du Parti pour la renaissance nationale (Parena) s’est clôturé dimanche, dans la soirée, au Centre international des conférences de Bamako. Outre les membres du bureau exécutif national, ces assises ont regroupé les députés du parti, des élus communaux et d’autres délégués venus des sections du District de Bamako et de l’intérieur du pays. Des partis amis du Burkina Faso, du Sénégal et du Niger avaient dépêché des représentants.

tiebile drame president parena opposition discours

C’est la salle des 1000 places du  CICB pavoisée aux couleurs du parti qui a accueilli les délégués. Les slogans inscrits sur les banderoles déployées dans la salle soulignaient les grands sujets d’intérêt des militants du « parti du bélier blanc ». « Le Parena pour une solution démocratique et exclusive de la question du Nord » ; « Le Parena pour une véritable politique nationale de l’emploi des jeunes » ; « Le Parena pour la tenue d’assises nationales pour la refondation de l’Etat » ; « Le Parena soutient les revendications du monde paysan », tel étaient, entre autres, les slogans que l’on pouvait lire.

C’est dans une salle chauffée à blanc par un artiste de renom que le président du « parti du bélier blanc», Tièbilé Dramé, tout de blanc vêtu et coiffé d’un bonnet immaculé, fit son entrée dans la salle. Une entrée triomphale sous les vivats  des militants en liesse.

La rencontre débuta par l’exécution de l’hymne national. Puis, le président sortant du mouvement des jeunes, Seydou Cissé,  et la présidente des femmes, Mme Tamboura Mah Kéita, souhaitèrent la bienvenue aux délégués. Les deux responsables ont déploré la faible représentation des femmes et des jeunes dans les instances de décision.

Prenant la parole, Tièbilé Dramé a  d’abord salué la mémoire des 5 soldats maliens et des 5 casques bleus onusiens morts le week-end passé dans deux attaques distinctes. Il a fait observer une minute de silence à la mémoire de tous ceux qui sont tombés depuis le début du conflit au Nord.

Après un rappel du contexte qui vit le destin de notre pays basculer  un jour de mars 2012, il a déploré « les longs mois d’atermoiements, de déclarations contradictoires, les décisions aventureuses et irréfléchies comme celle qui conduisit l’ancien Premier ministre Moussa Mara à Kidal en mai 2014 contre toutes les mises en garde, et avec tous les risques.

Malgré certaines dispositions de l’Accord pour la paix qui portent, de son point de vue, les germes de la division du pays et de nouveaux conflits, le Parena invite le pays à l’endosser, à le considérer comme une étape dans la longue quête de paix durable au Mali, un processus difficile, appelant à beaucoup de patience et de compromis ».

Évoquant toujours la situation au Nord, Tiébilé Dramé s’est adressé au chef de l’Etat : « La situation sécuritaire se dégrade, trop de sang coule au Mali depuis trop longtemps, les populations au centre et au nord sont terrorisées. Nos forces sont harcelées quotidiennement. Dans un tel contexte, c’est votre responsabilité de réagir pour rassurer le pays, un pays qui commence à douter, un pays coincé. C’est votre responsabilité de réunir le pays afin qu’il se forge une marge de manoeuvre sans laquelle il est en danger. C’est votre responsabilité de sortir le pays de l’immobilisme et de créer les conditions de mise au point d’une stratégie nationale autonome de sécurisation et de stabilisation du pays ».

Soulignant la nécessité de la réconciliation nationale, le président du Parena a insisté : « Monsieur le président de la République, c’est à vous de créer les conditions des retrouvailles avec ceux qui vous ont précédé à la tête de l’Etat. Créez  les conditions afin que Moussa Traoré apporte sa contribution de qualité au renforcement de la cohésion nationale en présentant des excuses aux victimes de mars 1991, et au peuple malien. Créez les conditions du retour du président ATT. Créez les conditions afin que votre compagnon et frère Alpha Oumar Konaré apporte sa contribution à la résolution des problèmes du pays ».

Au terme de ses travaux, le 3è congrès extraordinaire du Parena a élu un bureau de 85 membres. Tiébilé Dramé, qui avait mis son mandat en jeu, a été reconduit à la tête du parti. La présidente des femmes, Mme Tamboura Mah Keïta, conserve également son poste. Quant au président du mouvement des jeunes, il fait son entrée dans le bureau exécutif national et laisse sa place à Souhel Moulaye.

S. DOUMBIA

Source : L’ Essor
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *