Mr Cherif Ousmane Madani Haidara : L’homme qui murmure aux oreilles des pauvres et des puissants

Il a été  insulté, trainé dans la boue. Certains sont allés jusqu’à l’accuser d’avoir usurpé son nom de famille : Haïdara. D’autres, d’avoir acquis, illégalement, les immenses richesses qu’on lui prête.

cherif ousmane madani haidara precheur ansardine

Mr Chérif Ousmane Madani Haïdara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est pourtant le leader religieux, le plus charismatique, le plus populaire,  et le plus écouté de notre pays. Avec ses filiales très actives,  en Afrique, en Europe, en Asie, aux Amériques et au Moyen-Orient, son association, « Ansardine international » – à ne pas confondre avec le groupe terroriste Ançardine d’Iyad Ag Ghali – regroupe des dizaines, voire des centaines de millions d’adeptes de par le monde. Leurs contributions, pour le fonctionnement de cette association, tournée surtout vers l’humanitaire, sont estimées à des dizaines de milliards CFA par an.

Pour  la célébration de la fête du Maouloud, ses adeptes viennent de partout. A bord d’avion ou de cars, ils rallient Bamako. Avec, à la clé, un seul objectif : donner à Chérif Ousmane Madani Haïdara, leur leader spirituel,  honneurs  la place qu’il mérite.

 

Bani : un Môgô très puissant

 

Réputé pour son franc-parler, mais surtout,  pour sa parfaite connaissance du Coran et de la théologie islamique, le fondateur d’Ansardine international draine du monde, partout où il passe. Il n’est pas, seulement, respecté ; il est vénéré par ses adeptes, qui voient en lui un modèle.

L’essentiel des fonds, levés à l’intérieur et  à l’extérieur de notre pays par ses adeptes, sont affectés à des actions de bienfaisance : construction de centres de santé, achat de médicaments ou de vivres pour les personnes démunies, aides aux victimes de catastrophes naturelles etc…

Chérif Ousmane Madani Haïdara a, aussi, contribué à l’appel lancé, récemment,  par les autorités maliennes pour l’équipement de nos forces armées et de sécurité à hauteur de plusieurs dizaines, voire de centaines de millions de nos francs.

Aux insultes des uns, et au dénigrement des autres, il répond par le silence, le travail : celui qui consiste à recoudre le tissu social, entamé par les dérives des « prêcheurs en eau trouble ».

Lorsqu’en 2010, des évènements tragiques avaient émaillé  la fête du Maouloud, qu’il a  organisée au stade omnisports Modibo Keïta, et qui s’est soldée par quelques morts et blessés,  engendrés pour les bousculades, certains avaient parié que c’en était fini de Chérif Ousmane Madani Haïdara. D’autres avaient même réclamé son arrestation, avant même la fin de l’enquête sur ce drame. Erreur. Ni l’enquête, qui l’a finalement blanchi, ni le dénigrement de ses adversaires de l’ombre n’ont, en rien, entamé sa réputation. Au contraire. Ce malheureux évènement aura contribué à le révéler au reste du monde,  comme le guide spirituel le plus en phase avec son temps. Mais aussi, avec la République et ses institutions.

Ce qui fait, aujourd’hui, la force de Chérif Ousmane Madani Haïdara, ce n’est pas sa belle voiture, ni sa popularité, encore moins sa belle maison, bâtie sur les hauteurs du quartier Banconi. Mais plutôt, son sens élevé de la justice et  la pédagogie, dont il fait montre au cours  de ses prêches.

N’importe quel Malien, lettré ou illettré, est susceptible de comprendre la quintessence de l’islam. Il explique tout. Clairement. Avec, des exemples à l’appui. Des exemples puisés dans notre vie quotidienne. Ou parmi les compagnons du prophète, paix et salut sur lui. S’y ajoute son humilité, qui fait défaut à la plupart de nos leaders religieux. Pour Chérif Ousmane Madani Haïdara, les choses sont claires : un leader religieux peut et doit aider l’autorité politique à promouvoir la paix, la cohésion nationale sans, pour autant, se mêler de politique. Car politique et religion ne font pas, toujours, bon ménage.

C’est tout cela et bien d’autres choses, qui ont fait et continuent de faire le lit  de son immense popularité. Au Mali, comme dans le reste du monde. Il est, de nos jours, le leader religieux le plus écouté par nos autorités.

En recevant, la semaine dernière à son domicile, le patron de Coca-cola, le fondateur d’Ansardine international prouve,  à ceux qui en doutent encore, qu’il n’est pas seulement un leader religieux ; mais un leader tout court.

Décidément, Chérif Ousmane Madani Haïdara est un Môgô puissant, un

Môgô trop puissant.

Oumar Babi

 

Source: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.