UNE PUISSANCE PROPOSE COMME SOLUTION A LA CRISE DU NORD MALI : Des patrouilles mixtes composées des groupes armés, de la Minusma et des FAMa

C’est une position qui a créé un véritable tollé au sein de la médiation, il s’agit de la proposition faite par une grande puissance : des patrouilles mixtes, qui regrouperaient des éléments des Mouvements du Nord, de la Minusma et de l’armée malienne.

patrouille mixte nord mali minusma misma force etrangere soldat armee nations unie onu casque bleus armee malienne

Après la France qui a empêché l’armée malienne de progresser sur la région de Kidal, une autre puissance veut imposer des patrouilles composées d’éléments des groupes armés, de la Minusma et de l’armée malienne. Le hic est que ce pays n’est même pas membre de la médiation, même s’il est représenté dans la Minusma, la Mission de l’ONU au Mali.

Cette position à la limite surprenante sinon lourde de conséquence a été portée à la connaissance de tous les acteurs des négociations, les différents mouvements et organisations qui font partie de la médiation par un de ses hauts représentants.

Et ce pays avance comme argument pour justifier la mise en place d’une patrouille mixte, l’insécurité des régions du Nord du Mali. Car, depuis septembre, il y a eu plusieurs attaques contre la Minusma, mais aussi des civils, notamment dans la région de Kidal.

La proposition de ce pays partenaire du Mali est d’autant plus inattendue qu’il n’a jusqu’ici pas fait d’intervention armée pour combattre le terrorisme dans cette région qui est pourtant le slogan phare de ses dirigeants.

En plus d’une solution politique qui passe par un accord de paix, cette puissance propose des solutions d’organisation des patrouilles mixtes, qui regrouperaient des éléments des mouvements du Nord, de la Minusma et de l’armée malienne. Une idée que même les groupes armés récusent et réclament qu’un cadre soit fixé par un accord de paix.

Certes, le pays en question plaide pour aider le Mali à la mise en place de l’accord en apportant un soutien notamment financier, mais  il y a des zones d’ombres que beaucoup d’intervenants du dossier de la crise du nord dénoncent. Il reste à savoir si le gouvernement malien est disposé à adhérer cette proposition qui par le passé a montré ses limites.

Au stade actuel de la situation sécuritaire dans le Nord, il est impensable que l’armée puisse faire des patrouilles avec les groupes armés, car sur le terrain, il est difficile de faire la différence entre un élément terroriste et autre d’un groupe armé qualifié de fréquentable.

 

Alpha Mahamane Cissé   

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.