Un chef d’Ansar Dine jugé par la CPI

Un chef touareg du groupe islamiste malien Ansar Dine, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, doit comparaître mardi devant la Cour pénale internationale.

MAUSOLEE

Il est soupçonné d’avoir dirigé la destruction de mausolées à Tombouctou en 2012.

Ce sera les premières poursuites de la CPI pour des destructions d’édifices religieux et de monuments historiques.

Cette audience, prévue pour débuter à 09h00 temps universel, doit servir à informer Ahmad Al Faqi Al Mahdi des crimes qui lui sont imputés, de vérifier son identité ainsi que la langue dans laquelle il peut suivre les procédures.

La Cour Pénale Internationale va peut-être aussi fixer la date de l’audience de confirmation des charges, une étape qui permet de déterminer si le dossier du procureur est assez solide pour mener à un procès.

Ahmad Al Faqi Al Mahdi est le premier suspect arrêté dans l’enquête de la CPI ouverte début 2013 sur le Mali et portant sur les exactions commises par les groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Selon l’accusation, il était l’un des chefs d’Ansar Dine, un groupe islamiste associé à Aqmi.

Le mandat d’arrêt signale qu’il a dirigé et participé à des attaques contre dix bâtiments consacrés à la religion et des monuments historiques dans la vieille ville de Tombouctou.

Egalement connu sous le nom d’Abou Tourab, Al Faqi est originaire d’Agoune, à environ 100 kilomètres à l’ouest de Tombouctou. Il était détenu précédemment au Niger mais a été transféré au centre de détention de la CPI à La Haye la semaine dernière.

 

Source: BBC

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *