Tournoi de la paix : Gao, capitale de la paix et de l’unité nationale

Dénommée capitale des Askia, la ville de Gao sera « rebaptisée » capitale de la paix et de l’unité nationale  à l’occasion du Tournoi de la Paix qui verra la jeunesse malienne communier durant 8 jours.   

C’est ce vendredi 5 mars 2021 que le coup d’envoi de la 2e édition du tournoi sportif du Mali pour la paix et la cohésion sociale sera donné à Gao. Pendant huit (8) jours, toute la jeunesse sportive du Mali va se retrouver pour communier en football et en basketball dans la cité des Askia.

Capitale des Askia, Gao, la ville de Gao est fin prête pour accueillir environs 600 jeunes sportifs (Filles et Garçons) venant de toutes les régions opérationnelles du Mali : Gao, Kidal, Ménaka, Tombouctou, Taoudéni, Mopti, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Kayes, Bamako et l’équipe de l’Usfas, invitée d’honneur de l’évènement.

Du  beau monde qui est attendu  à Gao du 5 au 12 mars 2021 à la faveur du tournoi sportif du Mali pour la paix et la cohésion sociale.

A la suite de la visite d’inspection du Comité d’Organisation la semaine dernière à Gao, on constate que toutes les conditions sont réunies pour l’accueil et l’hébergement d’une part, et d’autre part pour les infrastructures sportives.

Placée sous la haute présidence du Vice-président de la Transition, colonel Assimi Goïta, la semaine sportive nationale rassemblera les jeunes de toutes les régions du Mali du nord au sud.

Parallèlement au football et au basketball, d’autres disciplines traditionnelles telles que  la course des chameaux et la course hippique (chevaux) ont été retenues.

A en croire le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mossa AG Attaher, organisateur de l’évènement, ce tournoi vise à renforcer la stabilité sociale, le processus de réconciliation, la promotion de la paix et le vivre ensemble.

Pour le ministre Mossa Ag Attaher, le tournoi contribuera également au renforcement du tissu social et à la consolidation de la paix en vue de la restauration de l’espoir chez les jeunes du Mali. De façon spécifique,  c’est de : promouvoir la paix et la cohésion sociale par le sport ; d’impliquer les acteurs de la société civile, les collectivités locales, les élus locaux dans la relance des activités sportives et de jeunesse ; de favoriser une rencontre sportive en vue de renforcer l’unité nationale ; de permettre l’inter-échange entre les jeunes du Mali par le sport ; promouvoir la citoyenneté, le développement participatif ; l’esprit de tolérance, la prévention de l’extrémise violent à travers des conférences et ateliers en marge du tournoi, relancer les activités sportives et de jeunesse dans les régions opérationnelles.

 

Alassane CISSOUMA

Source: Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.