Tombouctou : un exemple de partenariat entre les FAMa, Barkhane et la Minusma

Vendredi 09 juin 2017, une section du 51ème régiment d’infanterie des forces armées maliennes et une section d’infanterie du groupement tactique désert de Barkhane ont conduit une patrouille commune dans la ville de Tombouctou.

force speciale combat soldat militaire armee francaise eutm eucap serval barkhane nord mali kidal gao tombouctou

Les soldats maliens et français travaillent au quotidien pour apporter la sécurité dans la région de Tombouctou en coordination avec les forces onusiennes. Au-delà des actions de formation et d’instruction délivrées par le détachement interarmes du partenariat militaire opérationnel français (DIA PMO) auprès des forces armées maliennes, ces opérations préparées puis conduites conjointement sont de parfaites manifestations de coopération et d’interopérabilité des forces.

La plateforme de Tombouctou, que Barkhane partage avec la Minusma,  est régulièrement visée par des tirs indirects. Au-delà des mesures actives et passives prises en coordination avec les forces occupant le camp militaire, les patrouilles mixtes sont désormais systématiques et particulièrement appréciées par les populations qui se sentent rassurées notamment dans les lieux à forte fréquentation.

Ces opérations conjointes de sécurisation et de contrôle de zone sont désormais le quotidien des soldats maliens et français dans la boucle élargie du Niger et au nord du Mali. Ainsi, à Kidal, Tessalit, Gao ou Ansongo, des patrouilles similaires sont conduites chaque jour pour rassurer la population et entraver la liberté d’action des GAT.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) dont le Mali. Elle regroupe environ 4 000 militaires dont la mission consiste à appuyer les forces armées des pays partenaires dans leur action de lutte contre les groupes armés terroristes dans la BSS et à favoriser une appropriation africaine de la gestion des crises. Au Mali, la plupart des opérations sont menées avec les forces armées maliennes

 

La rédaction 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *