Suite aux différentes incursions du front de libération du Macina : – Mopti, la Venise malienne, en état de psychose le week-end dernier

–  Les populations de Mourah, Séba,Noga et Kakagna menacées de mort

konna region mopti rue damien boiteux

 

Le Front de libération du Macina continue de s’implanter dans la région de Mopti comme en territoire conquis. C’est ainsi que la semaine passée, la rumeur d’une infiltration possible de la ville par ses combattants s’est propagée comme une trainée de poudre, obligeant les autorités compétentes à interdire certaines manifestations de réjouissance dans la ville de Mopti. Il est grand temps que les autorités qui, apparemment, n’ont pas compris  que l’anticipation est dissuasive, prennent cette question avec beaucoup de sérieux en organisant la riposte appropriée.

Il n’est plus un secret pour personne que le Front de libération du Macina constitue une menace réelle contre la stabilité et la paix dans notre pays. Nous avons suffisamment attiré l’attention des plus hautes autorités face à la montée en puissance de ce mouvement terroriste. Comme si cela ne suffisait pas, Ban Ki Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, s’est officiellement inquiété, dans un récent rapport officiel,  » de la montée en puissance de ce mouvement terroriste « .

C’est ainsi qu’il nous est revenu de constater que depuis un mois, le Front se fait non seulement connaitre mais devient également très menaçant à l’endroit des paisibles citoyens qui ne savent plus à quel saint se vouer. Pour preuve, la ville de Mopti a passé le week-end dernier sous très haute tension.

En effet, des informations, corroborées par des sources sécuritaires, ont fait état d’une probable infiltration des combattants du Front dans la Venise malienne. Nos sources indiquent que la panique a été si forte que certaines manifestations de réjouissance ont été purement et simplement annulées pour ne pas donner l’occasion aux terroristes de réussir leur coup en frappant fort. Toutefois, les responsables militaires et civils ont œuvré à ce que l’information ne fuite pas. Ce, pour éviter que la psychose ne gagne la population.

Selon des témoignages recueillis sur place, le vendredi dernier, des combattants du Front de libération du Macina se sont rendus dans la localité de Mourah, Cercle de Djenné. Comme pour braver les autorités, ils annoncent leur volonté d’y installer la Charia. Outre Mourah, ils se sont ensuite, successivement, rendus dans les villages de Saba, Noga et Kakagna dans le Cercle de Mopti pour livrer le même message non sans avoir mis en garde les populations contre une éventuelle collaboration avec l’administration ou l’armée à leur détriment.  » Autrement, des représailles s’en suivraient  » ont-ils menacé.Ce qui est le plus grave dans tout ça c’est que le Front commence à avoir des répondants et des sympathisants dans toutes ces localités.

Pour preuve, nos sources nous apprennent que lorsqu’ils sont passés à Mourah, ils ont rappelé à l’imam de la localité le contenu du prêche qu’il a fait lors de la grande prière, quelques heures avant leur arrivée.

Rappelons que ce sont les combattants de ce Front qui, il y a quelques semaines, ont froidement abattu le chef du poste forestier de Diafarabé pour la simple raison qu’il y incarnait la présence de l’Etat, tué deux civils à Boni, posé une mine à Diabaly ayant occasionné la blessure de trois militaires et la mort de deux autres etc.

      Diakaridia YOSSI

 

Source: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.