Soutien aux rebelles du MNLA : Quand une photo met à nu la sournoiserie de Dr Assadek Ag Amahady

Très respecté pour l’amour de la patrie qu’on lui attribuait et surtout pour ses nombreuses prises de position favorables au Mali concernant la crise du nord, le Dr Assadek Ag Amahady se trouve aujourd’hui projeté au devant de la scène par une photo compromettante qu’il a prise avec les rebelles du MNLA tenant ce qu’ils appellent dans leur imagination le drapeau de l’Azawad. Une situation qui met un doute fort sur la loyauté de cet homme évacué en France grâce à un élan de solidarité nationale initié en sa faveur afin qu’il bénéficie de soins appropriés contre sa « scoliose dorsolombaire ».

Touareg bon teint et paraplégique, Dr Assadeck Ag Ahamady  était un homme apprécié de tous. Surtout à cause de ses prises de position pour défendre la République concernant le dossier de la crise du nord. Lors de nombreuses marches contre l’indivisibilité du Mali, ce professeur de Maths  était toujours devant sur sa chaise roulante. De nombreux  Maliens ont pas été émus par sa récente sortie médiatique à travers laquelle, il lançait un SOS pour une évacuation sanitaire.

Sa lettre ouverte au président de la République avait poussé de nombreuses personnes à réagir. Une lettre ouverte à travers laquelle, il disait ceci : « Cela fait plus d’un mois qu’IBK  ne m’a pas répondu. Mes ami(e)s, je suis atteint de trouble de la marche sur séquelle de la poliomyélite des membres depuis l’âge de deux ans, associée à une déformation de la colonne vertébrale tant thoracique que lombaire avec difficulté de m’assoir. Actuellement, je présente des douleurs pénibles entravant mes activités d’enseignement et à la radiographie dorsolombaire: une scoliose dorsolombaire à convexité thoracique et concavité lombaire sur lombarthrose évoluée avec exostose iliaque bilatérale. Vue la persistance des douleurs et de leur chronicité, le Professeur Mady Macalou, mon médécin traitant et son équipe sollicitent du  président de la République du Mali mon évacuation à Paris pour d’autres investigations plus poussées en l’occurrence l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et une prise en charge chirurgicale de la scoliose. Cela fait plus de 28 jours que la demande a été transmise à Koulouba sans suite. Je remercie des ami(e)s sur les réseaux sociaux qui se reconnaîtront pour la chaîne de solidarité activée pour m’aider. …. ».

Après la publication de cette lettre sur les réseaux sociaux et les sites d’information, nombreux sont les Maliens de l’intérieur et de l’extérieur qui se sont organisés à travers un fonds de solidarité pour son évacuation sanitaire. Toute chose qui va se faire quelques temps après. Mais c’était sans savoir que le Dr Assadeck Ag Amahady était animé d’autres idées derrière la tête. Celles d’aller rencontrer ses enfants et jeunes frères qui ont juré de diviser le Mali : les représentants du MNLA en Europe.

En marge de son évacuation, notre professeur de Maths à la FAST n’a trouvé mieux que de rencontrer ceux-ci avec qui il a pris des photos qui font aujourd’hui le « buzz » sur les réseaux sociaux et les sites d’informations.

Le patriote a-t-il changé de camp ? Est-il la tête pensante du MNLA comme l’ont toujours dit certains ? Ce sont entre autres, les questions qui taraudent les esprits et auxquelles, seul le Dr Assadek Ag Amahady peut répondre.

Cependant, il faut noter que depuis le début de la  crise,  surtout, après l’élan de solidarité initié en sa faveur, nombreux sont ceux qui doutaient de la loyauté de cet homme.

« Ce type n’a rien. Regardez son embonpoint. Il veut juste un viatique pour rejoindre en Europe son frère (la deuxième adresse de sa sébile) qui ne fait que dénigrer le Mali parce que des jeunes en colère ont saccagé sa clinique à Kati qui recevait clandestinement des blessés du groupe de Bahanga d’abord et du MNLA  ensuite. D’ailleurs pourquoi pense-t-il que la Nation doit le prendre en charge ? Il n’est pas le seul malien à souffrir d’une scoliose… »,  avait vigoureusement réagi une de ses connaissances.

source : Tikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.