Résolution de la crise du nord : 139 millions F CFA pour les Députés rebelles déserteurs, et combien pour les militaires maliens morts en mission ?

Au commencement de la crise du nord, subitement, tous les députés de la région de Kidal et certains du cercle de Ghourmas-Rharouss ont déserté l’Assemblée Nationale du Mali à partir de janvier 2012. Comme prétexte, ils disaient que leur sécurité était menacée à Bamako. Ce qui est invraisemblable dans la mesure où le Professeur Agory Ag IKNANE, Mohamed Ag Erlaf et autres vivaient en paix à Bamako, même si certains les soupçonnaient d’être les yeux et l’esprit de la rébellion Touareg. C’est alors après le coup d’état du 22 mars, et le vote d’une loi d’amnistie de mai 2012, que les députés se sont révoltés contre le paiement des indemnités des députés Touaregs absents sans motif valable.

ville nord mali kidal gao tombouctou azawad

L’honorable Younoussi TOURE, président de l’Assemblée Nationale pendant la transition en accord avec le bureau de l’Assemblée a fait sortir une note pour suspendre ces paiements. Ladite note ne concernait pas le Dr Oumar MARIKO, qui après le vote de la loi d’amnistie au profit de ses mentors (la junte militaire) a arrêté de venir à l’Assemblée Nationale, tout en demandant que ces indemnités soient reversées au Trésor Public, contre un reçu qui devrait lui être présenté par le questeur de l’Assemblée Nationale.

Cette décision courageuse a été appliquée par les Députés de la quatrième législature, jusqu’à la fin de leur mandat en décembre 2013.

Il a fallu à la faveur des élections législatives de décembre 2013, que certains députés déserteurs soient revus à l’Assemblée Nationale. Après la folle journée du 21 mai 2014 relative aux évènements de Kidal, qui avaient pour motif de récupérer le gouvernorat de Kidal par les FAMAS à la suite de l’empêchement du Premier ministre Moussa MARA d’effectuer une mission officielle que lui avait confiée le Président IBK à Kidal ils ont encore disparus. Même si cette version est contestée par le Président IBK et sa majorité parlementaire, parce que Moussa MARA est un candidat potentiel pour 2018, le discours du 19 mai 2014 est là pour recadrer un mensonge d’état.

Les conséquences de cette sortie ont été la perte de Kidal pour l’Autorité Centrale, l’humiliation nationale, l’assassinat de 6 fonctionnaires administrateurs, de 50 éléments des FAMAS etc…

Il s’en est suivi des négociations entre les parties à Alger, imposées par la Communauté Internationale. L’Autorité Centrale est allée à Alger la peur au ventre et pour se sauver, elle a tout cédé aux groupes rebelles, voire même le fédéralisme déguisé. C’est pourquoi la majorité des maliens pensent que IBK a trop cédé contre rien pour la République. C’est ce qui lui vaut aujourd’hui, un score de seulement 15% de maliens qui jugent son mandat à mi-chemin bon.

Non contents d’avoir installé leurs combattants dans les collectivités territoriales tout en chassant les conseillers élus selon la constitution du 25 février 1992 dans l’ensemble des régions du nord, et de leur offrir, toute une zone d’habitation à Muegin-Sikoro appelée Kidal 2 où les beaux immeubles sortent de terre partout, ils réclament pour les députés déserteurs des arriérées de salaires pour lesquelles ils n’ont pas fait le travail. Ce montant s’élève dans le budget révisé la semaine dernière par l’Assemblée Nationale à 139 millions de F CFA pour environ cinq députés.

Que dire de cet acte du régime d’IBK lorsque ces députés sont encore dans la rébellion, car Kidal est interdit aux autorités maliennes ? Les députés auxquels l’état va payer 139 millions de F CFA acceptent sinon appuient cette situation. Du jamais vu, dans l’histoire d’une rébellion à travers la planète terre. Mais l’incompétence, et l’incapacité d’un régime se mesurent à la portée des actes antipatriotiques posés par ses dirigeants tout en muselant le peuple. On pourra être amené maintenant à dire que ça suffit !

Nous en voulons aux députés de la cinquième législature, qui ont accepté de prendre à contre-pied les décisions des députés de la quatrième législature. Les rebelles continueront à coincer le régime d’IBK, tant que la rébellion reste un fonds de commerce pour les Touaregs.

Déjà en mars 2016, votre journal serviteur a étalé au grand jour le montant de 7,5 milliards de FCFA pour les fonctionnaires et rebelles armés. Le régime a apporté un démenti sur l’idée et les chiffres annoncés dans votre journal serviteur.

Voilà maintenant que la chose commence à pointer du nez à commencer par les députés, ensuite les fonctionnaires déserteurs. En ce qui concerne les combattants rebelles à cantonner, dans la convention signée le 19 juin par l’état et les rebelles, le gouvernement à accepter de prendre en charge financièrement ceux qui ont tué des milliers de maliens. La majorité présidentielle, la société civile seront les comptables de cette capitulation du régime face aux rebelles.Qu’est-ce que le régime d’IBK prévoit pour les soldats et les fonctionnaires maliens morts en missions commandées depuis l’attaque d’Alguelhocen janvier 2012, de Kidal en 2014 et autres agressions contre les FAMAS depuis l’éclatement de la rébellion ?

Pour une question de justice sociale, l’Etat doit assurer la prise en charge des familles des soldats morts lors de la rébellion, de 2012 à l’image de ce qui se fait en France.

En effet, dans l’armée française, tous les soldats morts en mission commandée ont droit à une prise en charge totale de leurs familles.

D’abord, l’Etat assure le salaire régulièrement à la famille jusqu’à l’âge de la retraite normale du soldat mort en mission commandée, ensuite la pension prend la relève. Également les études des enfants sont prises en charge par l’Etat.

Actuellement, ce qui se passe lorsqu’un soldat meurt en mission commandée, l’Etat lui apporte 50 kgs de riz et une somme de 50 000 F CFA. Au bout d’une semaine on pressesa famille à quitter le logement du camp, la mettant ainsi dans une détresse totale.

Pour les 116 morts d’Aguelhoc l’Etat leur doit dans les conditions normales, 656 millions F CFAcomme salaires pour les quatre premières années (2012-2015) après leur assassinat.

Leurs ayant droit doivent percevoir mensuellement leurs salaires comme s’ils vivaient naturellement jusqu’à l’âge de la retraite. A l’âge de la retraite, les ayant droit percevront la pension normale. Sans cela, l’armée sera la grande perdante des différentes rebellions, parce qu’elle est muette.

Pourquoi, ne pas confier cette mission réparatrice d’une injustice rapport aux FAMAS à la commission défense et sécurité de l’Assemblée Nationale du Mali. Si tel n’est pas le cas, le régime d’IBK va-t-il échappé à une plainte des parents des soldats morts en missions commandées contre lui après son mandat constitutionnel ?

Moussa  DIAKITE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *