‘’ Place à la mise en œuvre des grandes décisions’’, ministre français de la Défense’

La France veut soutenir le parachèvement de l’accord de paix et de réconciliation au Mali, en renforçant notamment sa coopération avec les casques bleus de la MINUSMA.
Le ministre français de la Défense a réitéré l’engagement de son pays, au terme de la visite de 24 heures qu’il vient d’effectuer au Mali. Jean-Yves Le Drian est allé à la rencontre des troupes françaises de l’opération Barkhane à Gao, dans le nord du pays, avant d’échanger avec le président malien Ibrahim Boubacar Kéita.

ministre defense français jean yves Le drian

Le ministre français de la Défense a bien voulu accorder une interview à Mikado FM.

MIKADO FM : Quel est le sens de votre visite au Mali ?

Jean-Yves Le Drian : Je suis venu ici à Bamako pour apporter mon soutien au parachèvement de la signature de l’accord de paix. C’est un moment important. Cela a nécessité un long travail de préparation et de compromis pour aboutir à cette réconciliation qui est l’achèvement d’un processus et le début d’un autre puisqu’il faudra maintenant mettre en œuvre les grandes décisions et l’agenda qui a été décidé par les différentes parties.

Vous avez rencontré les forces françaises de l’opération Barkhane à Gao. Qu’est-ce qui est ressorti de cette rencontre ?

J-Y L D : Ce n’est pas la première fois que je me rendais à Gao. A chaque fois que je viens au Mali je vais saluer les forces françaises et singulièrement celles qui sont à Gao, parce que c’est l’essentiel de la force française au Mali désormais. J’ai pu constater à la fois leur bon moral et leur professionnalisme, que je connaissais déjà, et puis leur volonté de poursuivre cette opération qui est originale par son organisation, puisque c’est une organisation régionale qui concerne les cinq pays de la zone sahélo-saharienne et qui a pour objectif le contre-terrorisme, c’est à-dire empêcher les djihadistes de reprendre leurs activités, les neutraliser autant que faire se peut et les résultats sont au rendez-vous.

Comment la France va-t-elle ajuster ses opérations à cet accord de paix au Mali, notamment sur l’aspect antiterrorisme ?

J-Y L D : Il y a un mandat des Nations Unies, du Conseil de sécurité, un mandat pour la MINUSMA dans sa mission à l’intérieur du Mali puis il y a un mandat aussi pour la force Barkhane. Nous continuerons à agir de manière très déterminée pour enrayer toute tentative de reprise d’activités de ces groupes et nous poursuivons aussi notre partenariat avec la MINUSMA. Nous avons le même objectif, faire en sorte que ce pays garde son intégrité et retrouve les voies du développement dans la paix et l’étape qui a été franchie samedi dernier est très importante.

Quel est le bilan de votre action contre le terrorisme jusqu’à présent au Mali et plus généralement dans le Sahel ?

J-Y L D : Le bilan, il est très visible. Il y a maintenant un peu plus de deux ans, ce pays risquait de devenir un sanctuaire pour les terroristes. Aujourd’hui ils ont été arrêtés, repoussés et désormais ce sont les terroristes qui sont en insécurité sur la défensive. Nous savons que les résultats sont autour de vous et on va les poursuivre.

Comment définirez-vous la coopération MINUSMA-Barkhane jusqu’à présent ?

J-Y L D : Par un soutien mutuel, chacun dans ses missions, chacun respectant ses missions mais chacun respectant aussi les missions de l’autre. Ce qui fait une synergie de compréhension et d’actions communes tout à fait remarquable.

Propos recueillis par Adam Sissoko

Source: MIKADO FM

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.