Nord du Mali : les FAMa aux commandes!

Les forces armées maliennes ont obtenu de nombreux succès contre les groupes armés terroristes ses dernières semaines. Ce qui peut être vu comme le signe d’une véritable montée en puissance, d’un haut niveau de compétences et d’autonomie atteint par les FAMa pour sécuriser le territoire national.

Aujourd’hui, la sécurité des populations situées au nord du Mali est assurée par l’armée malienne et ses unités d’élite. Alors que l’armée française se recentre sur la zone dite des « trois frontières », c’est à présent les forces armées maliennes qui sécurisent la région du grand nord. Les FAMa, totalement impliquées, ont progressivement pris le relais dans les emprises de Kidal et Tessalit.

Equipés de matériels performants et très bien entrainés, notamment par les Français à Gao puis sur les sites désengagés, les militaires maliens ont déployé depuis juin un Bataillon de l’Armée Reconstitué (BAR) à Kidal, tandis que des unités d’élite, telles que les ULRI (Unités Légères de Reconnaissance et d’Intervention), sont envoyées partout au nord du Mali, de Ménaka à Gao. Le déploiement de nouvelles unités à Tessalit a également été réalisé.

Pour la sécurité du grand nord, l’armée malienne peut également compter sur le soutien de la MINUSMa. A Kidal, par exemple, ils sont plus de 1.300 casques bleus guinéens et tchadiens pour appuyer l’armée malienne.

La sécurisation du Mali est une réalité devenue très concrète pour la population. Les axes clés du pays sont sous le contrôle de l’armée. D’ailleurs, sa présence dans la région s’est particulièrement densifiée ces dernières semaines. On a pu noter notamment la présence des FAMa au sud et au nord de la RN 33 qui est une route essentielle pour le transit de biens et de marchandises entre Bamako et Gao.

Des moyens militaires lourds ont été également observés par la population à Bourem, Gourma Rharous, Ber et certaines autres villes jalonnant la RN33. La route nationale 16, qui relie les communes de Gossi, Hombori et Douentza, n’est pas en reste. Plus récemment, le camp des FAMa à Acharane a fait l’objet d’une importante rénovation de ses infrastructures de défense.

La présence des militaires maliens dans ces régions est un vrai soulagement pour les populations. Dans plusieurs localités du Gourma, par exemple, les djihadistes n’ont pas été vus depuis plusieurs semaines. Autre exemple, les convois militaires maliens réguliers entre Douentza et Hombori n’ont pas signalé d’attaque depuis plus de 2 mois, sinon des unités FAMa et de Barkhane contre les GAT comme la semaine dernière au nord de Doro.

Le stationnement et les actions des FAMa dans cette région rassurent les populations et font fuir les groupes armés terroristes qui sévissaient dans la zone. La présence de l’ULRI-5 dans la région de Gossi est certainement redoutée par les terroristes qui n’osent plus monter d’embuscades ou poser des mines et autres engins explosifs artisanaux.

Ainsi, avec l’appui de la MINUSMa, l’armée malienne garantit la sécurité des populations du nord du Mali. En partenariat avec la force Takuba, la région des trois frontières sera sûrement le défi à relever pour les FAMa. Traqués de toute part, les groupes armés terroristes se font de plus en plus discrets au Mali…

Mamadou Bare

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.