Négociations d’Alger : La surenchère du MNLA et alliés

rebelles touareg mlna maa hcua azawad nord kidal

Définir un cadre des discussions avant la fin du mois de juillet doit être une priorité pour les autorités maliennes, les groupes armés et les médiateurs de la communauté internationale. Mais les discussions inter-maliennes étaient bloquées jusqu’à samedi dernier par le groupe MNLA-HCUA-MAA. Ces mouvements, qui font de la surenchère, souhaitent écarter du processus les groupes armés qui n’ont pas combattu en 2012 aux côtés des groupes djihadistes.

 

Les représentants du MNLA et associés ont mené une tentative désespérée de museler les groupes d’autodéfense, refusant que ceux qui n’ont pas participé aux combats armés au début de la crise soient exclus des négociations en cours à Alger. Comme pour affirmer leur alliance avec les terroristes d’Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO).

 

Bilal Ag Cherif et ses camarades sont embarrassés par la présence des groupes d’autodéfense et des deux autres groupes dissidents qui s’opposent à leur plan d’autonomie. Ils ont été mal inspirés en adoptant une posture retardant l’avancée des discussions. En effet, même si certains groupes d’autodéfense n’ont pas combattu au début de la crise, ils cheminent à Alger aux côtés de la dissidence du MNLA dirigée par Ibrahim Ag Assaleh.

En mars dernier, l’ancien Secrétaire aux relations extérieures du MNLA, Assaleh, avait déclaré haut et fort la création de sa dissidence, expliquant qu’il a même écrit au représentant spécial des Nations Unies et chef de la Minusma, Bert Koenders, pour l’en informer. «Je lui ai fait savoir que nous ne répondions plus aux instances dirigées par Bilal Ag Acherif au sein du MNLA », avait-il déclaré à la presse.

 

Par ailleurs, il y a deux MAA dont les positions sont diamétralement opposées. A l’origine, on n’avait connaissance que d’un seul groupe armé arabe favorable aux autorités maliennes, mais une dissidence proche du MNLA est née au fil du temps. De violents combats ont opposé il y a quelques semaines des éléments de ce MAA au combattants du MNLA dans le nord du Mali.

 

Les mouvements que le MNLA et ses alliés voudraient bien écarter des discussions ont été invités par les autorités algériennes. La bonne foi du MNLA pour l’avancée des négociations risque d’être mise en cause par les diplomates africains et internationaux présents dans la capitale algérienne car il s’agit d’un dialogue inclusif.

 

Autre problème: la question de la médiation. Pour les diplomates internationaux et le gouvernement malien, il faut un collège de médiateurs dont l’Algérie, l’Union africaine, la CEDEAO et l’ONU. Le MNLA et ses associés veulent un médiateur neutre, d’où la nécessité définir précisément cette notion de neutralité afin que les discussions progressent.

 

Cette exigence du groupe MNLA est de fait un test de sa capacité à dominer et orienter le cours des pourparlers. «Il convient de définir ce que la communauté internationale et chacune des parties entendent par ce concept (de dialogue inclusif) en relation avec un conflit armé opposant un Etat et des mouvements de libération, en opposition avec n’importe quel autre type de conflit, social, par exemple», souligne un communiqué du groupe.

 

Les groupes armés exigeant la mise à l’écart d’une partie des délégations ont probablement un agenda caché, surtout que dans le document qu’ils ont proposé initialement, ils veulent une période de négociations en 4 phases, d’une durée totale de 9 mois. La première partie de ce processus serait un mois consacré à un accord sur les mesures de préparation aux discussions comme le respect du cessez-le-feu.

 

Il sera aussi difficile de mettre à l’écart les groupes d’autodéfense comme Ganda Izo et Ganda Koye qui n’ont pas combattu en 2012, car opposés aux groupes djihadistes qui ont occupé le nord. Le mépris des membres du MNLA et groupes associés à l’égard d’eux peut être très frustrant si les diplomates cédaient un tantinet aux exigences des soi-disant belligérants.

 

Soumaïla T. Diarra

SOURCE: L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.