Mali : la société civile salue le départ des militaires français

Alors que les derniers soldats français viennent de quitter le Mali, à Bamako, certains membres de la société civile se réjouissent. C’est le cas de l’organisation Yerewolo, qui lutte contre la présence des forces étrangères dans le pays. Pour son leader, l’opération Barkhane a été un échec.

Alors que les derniers soldats français viennent de quitter le Mali, à Bamako, certains membres de la société civile se réjouissent. C’est le cas de l’organisation Yerewolo, qui lutte contre la présence des forces étrangères dans le pays. Pour son leader, l’opération Barkhane a été un échec.

Thomas Sankara a fait preuve de sagesse quand il a affirmé que seule la lutte libère. Et aujourd’hui après 9 ans de lutte acharnée, Barkhane est dehors, il faut que la MINUSMA s’ensuive.

« L’opération Barkhane a lamentablement échoué dans la lutte contre le terrorisme donc c’est très logique que le peuple Malien se mobilise pour demander le départ de cette force d’occupation. Mais ça n’a rien de haine, de sentiments anti-français, rien de cela », explique Adama Ben Diarra, leader de Yerewolo.

Pour d’autres, le départ des militaires français va permettre aux autorités maliennes de reprendre la main sur les questions de terrorisme, comme l’explique Baba Dakono, de l’observatoire citoyen sur la gouvernance et la sécurité.

« Le côté, on va dire positif, de cette affaire est que ça permet finalement, une responsabilisation de l’État malien sur la question sécuritaire parce qu’avec la présence de Barkhane, il y avait une certaine forme ou un sentiment de déresponsabilisation de l’État malien sur la question sécuritaire. »

Ce retrait des soldats de l’opération Barkhane met un terme à près d’une décennie d’intervention militaire française au Mali.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.