Mali : La Communauté noire kel tamasheq veut être respectée en tant qu’une entité de la Nation

Pour la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, la Communauté Noire Kel Tamasheq a tenu du 22 au 24 décembre 2016, une conférence internationale à la maison de la presse. C’était sous la présidence de M. Aboubacrine Mahamane Cissé, président de la Communauté noir kel tamasheq (CNKT).
communaute femme tamasheq arabe touareg bellah peulh drapeau mali nord kidal tombouctou gao azawad
Cette première édition avait pour but, de rappeler à l’Etat malien que le peuple kel tamasheq dans son ensemble est composé des communautés noire et blanche. La CNKT recommande à l’Etat Malien de tenir compte de cette spécificité dans sa politique de gouvernance. Par ailleurs, la CNKT a déploré l’absence des autorités à leur conférence qui avaient pourtant accepté de parrainer l’evènement.
Ci- dessous la déclaration :
Considérant la falsification de l’histoire du peuple kel-tamasheq dans son ensemble faite par le colonisateur français au Mali ; Considérant l’exclusion et le mépris avec lequel le colonisateur français a traité la partie noire de la communauté kel-tamasheq trouvée au Mali ;
Considérant que tous les régimes qui se sont succédé de l’indépendance à nos jours au Mali ont suivi la même logique d’exclusion, du mépris, de discrimination que le colon français à l’égard de la communauté noire kel-tamasheq du Mali : Considérant notre poids économique et démographique au sein de la grande famille kel tamasheq qui vit au Mali (les Noirs « 80% », les Blancs « 20% ») ;
Considérant l’absence de la communauté noire kel-tamasheq lors du processus de négociations ayant abouti aux récents accords d’Alger et de Bamako entre la République du Mali et les groupes armés du Nord du Mali ;
Considérant la représentation insignifiante de la communauté noire kel tamasheq parmi les autorités intérimaires chargées de la gestion du pouvoir transitionnel dans le Nord du Mali ; Considérant que l’exercice de la violence n’est pas l’apanage d’un groupe ethnique encore moins celui de la couleur de la peau et que si nous, communauté noire kel-tamasheq avions préféré d’être pacifistes cela est loin être un aveu de faiblesse mais plutôt une loyauté à l’égard de la constitution de la République unie du Mali ;
Considérant le refus du Gouvernement malien d’adopter la loi criminalisant l’esclave ; Considérant que la communauté noire kel tamasheq a connu l’esclavage, le mépris, la discrimination, la stigmatisation au vu et au su de tous malgré les lois en vigueur ; Considérant que l’ethnonyme kel-tamasheq noire est linguistiquement accepté dans la langue tamasheq ;
Considérant l’éveil de conscience de la communauté noire kel-tamasheq ; Nous disons halte à l’exclusion, au mépris, à la discrimination, à la stigmatisation que les différents régimes qui se sont succédé à la tête du Mali de l’indépendance à ce jour ont affichés à l’endroit de la communauté noire kel tamasheq du Mali ; Non à l’exclusion ; Non au mépris que nous affichent les autorités maliennes, Non à la stigmatisation ; Non à la domination de couleur ; Non au privilège de la couleur de la peau, Oui pour une gestion égalitaire des communautés maliennes ; Oui à la mise en œuvre des accords d’Alger avec une participation inclusive ; Oui à notre prise en compte dans les différentes commissions de mise en œuvre de l’Accord d’Alger ; Vive la République du Mali unie et indivisible; Vive la Paix ; Vive la communauté noire kel tamasheq.
Enfin la CNKT informe le peuple malien que la communauté noire kel-tamasheq n’accepte plus les stéréotypes négatifs et dégradants comme « Bella », le plus souvent prononcés par les autres communautés à son égard, et laisse entendre qu’elle doit être respectée dans sa dignité en tant qu’une entité de la Nation malienne.
La rédaction
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *