Le Gatia chasse le Mnla de N’tillit : Les leçons d’une victoire

A la faveur de la visite très controversée du Premier ministre, le MNLA s’était royalement installé dans certaines villes du Nord de notre pays et y imposait sa loi (rebelle). Elle vient de perdre du terrain, grâce à un coup de boutoir du Gatia.

 combattants soldat militaire groupe bandits armee rebelle touareg mnla hcua maa

On s’en souvient comme si c’était hier. Un matin du mois de mai dernier, le Premier ministre Moussa Mara a décidé que parce qu’il est le chef de l’administration qu’il devait aller prendre son thé à Kidal. Malgré toutes les mises en garde (comme il l’a reconnu lui-même), il y est allé quand même. Avec les conséquences qu’on connaît désormais.

Le Mali a (ré) perdu plus du tiers de son territoire, il a été humilié et des agents de l’administration (mis en danger et abandonnés par lui sur place) ont été froidement assassinés. Non content d’avoir été obligé de rentrer de Kidal sur la pointe des pieds, il a décidé de livrer des dignes soldats maliens à la boucherie. La suite est connue de tous : Kidal est revenu dans le giron des rebelles, narcotrafiquants et jihadistes. Pis, le MNLA et consorts ont profité de cela pour réoccuper certaines villes.

Il a fallu attendre l’entrée en scène du Gatia (Groupe armé touaregs, Imghads et alliés) pour redonner un peu d’espoir aux Maliens. En effet, ce groupe a décidé d’en découdre définitivement avec le MNLA. Il vient de le chasser, de force, de N’Tillit et de Tessit où flotte désormais le drapeau malien. On parle d’autres villes qui pourraient incessamment tomber dans l’escarcelle du Gatia.

Pour ce qui concerne la ville de N’Tillit, d’entrée de jeu, il faut rappeler que sa récupération est hautement symbolique. Cette ville est l’une des plus prospères (septentrionalement parlant) du Nord de notre pays. C’est une ville d’élevage par excellence avec deux mares (celles de Doro et de N’Tillit). Ces deux mares sont fournies en poissons (silures et d’autres espèces), le marché hebdomadaire est fourni en lait, animaux, etc.

Aussi, cette ville fait frontière avec le Burkina Faso. Les rebelles y passent pour rallier ce pays où ils ont installé leur base. Sa récupération a donc tout son sens à ce sujet. Autre chose importante à signaler, c’est le sens patriotique du maire de cette ville qui ne manque aucune occasion pour revendiquer son appartenance au Mali et son aversion à toute rébellion.

Contrairement à beaucoup d’élus du Nord, il a subi d’inimaginables exactions à cause de ses prises de position en faveur du Mali. Contrairement à Tessit (aussi récupéré par le Gatia), N’Tillit est une ville dont les populations ont toujours scandé le nom du Mali et revendiquer leur appartenance à ce pays.

Il faut reconnaître que ce que viennent de faire les « proches«  du général Gamou est salutaire et ne peut que profiter au Mali et à sa souveraineté. Seulement, il est important que l’Etat soit très clair sur le traitement qu’il fera de ce groupe. Il est hors de question que ses animateurs essayent de faire du chantage pour avoir permis de faire flotter le drapeau malien sur certaines villes.

L’Etat doit être intransigeant sur ce dossier. La crise terminée ce qu’on appelle la milice de Gamou doit cesser définitivement d’exister et se fondre dans l’armée malienne.

Moussa Touré

           

SOURCE: Nouvelle Libération  du   24 oct 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.