Le Député Ahmoudène Ag Iknass à propos de la situation à Kidal : -Le mètre cube d’eau à 12 500FCFA à Kidal, 25 000 F CFA à sa périphérie contre 200 F CFA à Bamako

Elu en tant qu’indépendant avant d’adhérer au RPM (Parti majoritaire à l’Assemblée nationale) le député de Kidal, Ahmoudène Ag Iknass, se désole de son impuissance à aider les populations prises en otage par les narco-séparatistes de la CMA, qu’il ne cesse d’appeler à s’engager dans le processus de paix. Il les encourage à signer l’Accord de paix, le 20 juin prochain, pour sortir les populations du calvaire qu’elles vivent depuis plusieurs mois, le mètre cube d’eau coûtant aujourd’hui 12 500 F CFA à Kidal.

depute kidal ahmoudene ag iknass

Pour l’élu de Kidal, la ville vit dans l’incertitude la plus totale et les habitants attendent avec impatience et circonspection la signature  par les narco-séparatistes de la CMA de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. «Les populations de Kidal vivent le calvaire. C’est la sécheresse, il n’y a plus d’herbe, plus d’eau, plus d’électricité ; les animaux sont fatigués. Le mètre cube d’eau à l’intérieur de la ville, encore faut-il le trouver, coûte aujourd’hui 12 500 F CFA, alors qu’il est à 200 F CFA à Bamako. En brousse, aux alentours de Kidal, le mètre cube d’eau est à 25 000 F CFA». Et d’ajouter que le fût de 200 litres se vend à 2 500 F CFA en ville et à 5 000 F CFA en brousse.

Et le député d’indiquer que le ravitaillement en denrées alimentaires est rare et très insuffisant. L’aliment bétail se fait très rare dans une zone où il y a beaucoup d’éleveurs. Les animaux sont épuisés. Il déplore aussi l’apparition d’épidémie de rougeole et de coqueluche avec une malnutrition dans presque toutes les concessions.  » Et l’insécurité entrave tous les déplacements des populations. Personne n’est sûr de ne pas être agressée avec la prolifération des groupes armés. L’atmosphère sociale est simplement invivable « , déplore-t-il.

A la question de savoir qui contrôle la ville de Kidal, l’élu de l’Adrar des Ifoghas dira que c’est la CMA mais que la population est en insécurité permanente.  »Personne ne m’empêche d’aller mais si j’y vais, je ne sais pas ce que je vais faire pour secourir les populations de la désolation. Je suis peiné « , a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que lui et d’autres cadres ressortissants de Kidal ne cessent de sensibiliser tous les acteurs, les mouvements armés, la plateforme, la communauté internationale à s’engager résolument dans le processus de paix. Mais il est difficile que les groupes armés écoutent les cadres et les élus avant la signature de l’Accord de paix par la CMA, parce que chaque groupe est cantonné à sa revendication.

Il lance un appel à tous les acteurs afin que tout le monde fasse de la signature attendue le 20 juin une réalité.  » Que les mouvements armés, les groupes d’autodéfense, l’Etat malien et la communauté internationale conjuguent leurs efforts pour faire de la zone de Kidal une zone de paix et de développement au grand soulagement des populations», a-t-il conclu.

      Bruno Djit SEGBEDJI

source : L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.